«

»

Oct 15

Sur la gratuité des transports – La réponse de LTG à Gérard Vandenbroucke

Dans un article du 10 novembre 2016, le Populaire du Centre titrait « Les bus gratuits à Limoges, ce n’est pas pour tout de suite », et citait Gérard Vandenbroucke.

http://www.lepopulaire.fr/limoges/transport/2016/10/10/les-bus-gratuits-a-limoges-ce-n-est-pas-pour-tout-de-suite_12098879.html

Voici la réponse du groupe Limoges Terre de Gauche :

C’était un de nos axes de campagne lors des Municipales de 2014, axe qui avait fait l’objet d’âpres négociations dans l’entre-deux tours et qui avait permis une fusion technique avec le liste du Parti Socialiste. Nous proposions la gratuité des transports en commun sur l’Agglomération et la mise en place d’un TramLim utilisant les voies ferrées existantes mais inutilisées pour une meilleure desserte de Limoges. L’accord final avait même acté cette décision politique pour qu’il soit mis en place dès janvier 2017.

Dans un article du Populaire du Centre, nous apprenons que M. VandenBroucke, Président de la communauté d’Agglomération a réfléchi à ce projet, mais pour ne pas « augmenter les impôts locaux » et parce que cela entrainerait une perte de ressources, renonce à cette idée. L’article présente de nombreux exemples d’autres villes, de gauche comme de droite, ayant choisi la gratuité, sans que cela pose d’autres problèmes que l’achat de nouveaux bus pour accompagner l’augmentation de la fréquentation…

Le levier essentiel à la mise en place de la gratuité des transports est peu évoqué par M. Vandenbroucke alors que c’est celui qui permet le passage à l’acte, sans toucher au portefeuille des citoyen.ne.s. Il s’appuie sur la taxe transport versée par les employeurs de plus de onze salariés. Dans notre programme, nous donnions des chiffres.

En 2014, le coût du transport à Limoges était de 23 millions d’€, dont seulement 6 millions d ‘€ financé par la billeterie et le reste par cette taxe versement transport, qui était alors à 1,02%, un des plus bas taux de France s’enorgueillissait le maire d’alors. Il est passé à 1,38% cette année, alors que nous avions projeté en 2014 qu’un taux à 1,40% permettrait cette gratuité !

En réalité c’est bien un choix politique que fait le Président de l’agglo appuyé en la matière par le maire de Limoges. Il est d’autant plus contestable que d’autres éléments d’appréciation sont soigneusement passés sous silence. Comme par exemple le fait que les entreprises ne seraient pas pénalisées davantage car elles n’auraient plus à prendre en charge la moitié du prix du trajet domicile-travail pour leurs salarié.e.s. Où les économies réalisées par l’absence de billeterie. Où encore une meilleure efficience de la STCL avec des personnels affectés à d’autres tâches.

La résistance actuelle à ce progrès écologique et social que représente la gratuité des transports en commun, partagée par les exécutifs de la mairie comme de l’agglo est donc bien idéologique !

A Limoges, la Municipalité a fait le choix de multiplier les emplacements de parkings payants afin d’obtenir de nouveaux fonds (c’est un choix contestable, aussi bien pour le portefeuille des habitant.e.s, que parce que la Municipalité va bientôt perdre cette compétence), la Communauté d’Agglomération choisit de ne pas rendre gratuits les transports en commun…

Limoges terre de Gauche, dans son programme, et chaque fois que ses représentant.e.s au conseil municipal en ont la possibilité, rappellent qu’on pourrait faire le choix d’un nouvelle forme de « vivre-ensemble ». Plus de zones piétonnières plutôt que des places de parking, plus de pistes cyclables sûres et accessibles et la gratuité des transports sur un réseau repensé pour toutes et tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>