Septembre 2018

La Grenouille et le Bœuf…

Après avoir tergiversé pour de mauvaises raisons, la Ville de Limoges a finalement acté lors du dernier conseil municipal le passage en communauté urbaine.

Pour quelques places à des postes que l’on croit stratégiques, nous nous dirigeons à grand pas vers une gestion encore plus centralisée de la vie de notre ville… Pour prendre exemple sur la fable de La Fontaine, ce n’est pas parce que la grenouille urbaine s’enfle dans les propos et sur le papier, que dans les faits, elle aura la force et les moyens financiers d’un bœuf limousin !

Plus sérieusement, plusieurs choses sont à craindre dans ce choix qui n’est que politique.

Sur 20 communes, 11 ont une délégation de service public pour la gestion de l’eau. Le coût pour les habitant.e.s de certaines des villes de notre future communauté urbaine est disproportionné par rapport à celui que nous, limougeaud.e.s payons en régie direct ! Ne devons-nous pas craindre que très rapidement, la distribution de l’eau de notre ville soit confiée à une entreprise privée et que nous sentions passer la facture ?

Quels choix écologiques sont faits ? Un financement sans fonds pour l’aéroport et des liaisons aériennes courtes et polluantes !

Quels choix de développement ? Lorsque l’on voit le vide de la zone d’activités de la Grande Pièce, on sait que le passage en agglomération ne garantit pas la venue des entreprises sur un territoire !

Ce « pacte de gouvernance » et ce « protocole d’accord » n’apporteront pas le renouveau pour notre ville auquel on veut nous faire croire. Sans projet à destination réelle des habitant.e.s, passer en communauté urbaine éloignera simplement un peu plus le citoyen des centres de décisions.

Tout le contraire de ce que le groupe Limoges-Terre de Gauche porte pour l’investissement de chacun et chacune sur son territoire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.