Revenir à Programme

Les moyens : réformer en profondeur la fiscalité

Pour financer ce programme, nous construirons un budget tourné vers l’écologie et le social.

Nous ferons de nouveaux choix qui ne seront pas des projets ruineux, inutiles (LGV), démesurés (le « Grand Stade ») ou dépassés (Family Village).

Nous réorienterons les budgets vers le service public, les priorités écologiques et sociales, tout en interpellant l’État qui gèle ses dotations et en agissant pour une transformation profonde de la fiscalité.

En effet, les collectivités locales sont clairement, et depuis des années, dans le collimateur de tous ceux qui réclament une réduction massive des dépenses publiques. Accusées d’être trop dépensières, trop «gourmandes» en emplois publics, elles sont sommées d’adopter l’austérité.

C’est d’abord Nicolas Sarkozy qui a supprimé la taxe professionnelle acquittée par les entreprises. Cette recette essentielle pour les communes n’a été compensée que partiellement et les a souvent conduites à transférer sur les ménages une part significative de la fiscalité jusqu’alors payée par les entreprises.

C’est aussi les dotations versées par l’Etat qui ont été gelées ces deux dernières années avant d’être réduites pour 2014 et 2015 de 1,5 milliard. Conséquences : alors que les besoins des populations vont en augmentant, les collectivités doivent faire face à l’asphyxie de leurs finances. Contraints de présenter un budget en équilibre les élus sont alors placés devant des choix difficiles: réduire les dépenses et l’investissement, augmenter la pression fiscale pesant sur les ménages, accroître l’endettement.

C’est pourquoi nous militons pour une réforme en profondeur de la fiscalité qu’elle soit nationale ou locale, avec :

• l’annulation des hausses de Tva en vigueur depuis le premier janvier

• le rétablissement d’un impôt économique territorial suite à la suppression de la taxe professionnelle, impôt assis sur le capital des entreprises et taxant les actifs financiers, c’est-à-dire mettant plus à contribution la sphère financière et spéculative de l’économie

• la modification de l’assiette de la taxe d’habitation pour la rendre plus juste (révision des bases d’imposition, meilleure prise en compte des revenus)

• la mise en place d’un pôle financier public afin de favoriser les investissements des collectivités locales  en matière de besoins sociaux et écologiques.

• l’arrêt de l’attribution de services publics aux entreprises privées

Les élu-e-s « Limoges Terre de Gauche » penseront donc les politiques municipales au-delà des schémas imposés par Bruxelles et entérinés et relayés par le gouvernement.