Revenir à Construisons les solidarités ! Favorisons l’émancipation !

Pour l’expression d’une culture indépendante et des résistances artistiques et sociales

Chacun doit pouvoir s’épanouir par les arts, des pratiques culturelles et/ou sportives. Mais l’austérité salariale, la précarisation grandissante des conditions d’existence, le développement de la pauvreté y font souvent obstacles, par exemple chez les jeunes travailleurs, pour les familles monoparentales, etc. La politique municipale doit donc là-aussi être ambitieuse.

• Limoges a fait à juste titre le choix de la gratuité pour la lecture publique, ce qui place notre ville parmi celle où le prêt public des livres est le plus développé. Il faut préserver cet acquis en développant encore le réseau des bibliothèques municipales, de proximité, articulé par exemple aux écoles primaires de quartiers.

En matière artistique, face à la domination des grosses productions et des grosses affiches qui cannibalisent toute expression alternative, « Limoges Terre de Gauche » encouragera l’expression de la culture indépendante et la résistance artistique portée par le monde culturel associatif. Pour échapper au clientélisme, nous soutiendrons sans ingérence, les programmations qui assurent la diversité des offres (pour répondre à tous les goûts, tous les âges,…)

– Nous comblerons le manque actuel en créant un lieu fédérateur + des lieux satellites (tels de nouvelles et attractives Maisons des Jeunes et de la Culture, avec bar associatif, locaux, … ) qui permettent :

* la « résidence d’artiste » = un lieu culturel d’hébergement prolongé, avec ateliers et espaces d’exposition et de rencontres entre le public et les créateurs amateurs ou professionnels, avec salle de spectacle, cinéma + autres (par ex : studio d’enregistrement…)

* l’accompagnement des artistes (partenaires-technicien/régisseur alloué à la lumière et au son) des projets (grâce à un booker/tourneur/promotion/management) afin de faire rayonner la scène limougeaude

* la mise à disposition de locaux de répétition (notamment pour les pratiques amateures), de lieux de travail, de réflexion

* la création de spectacles (même non encore aboutis, afin de rencontrer le public, de s’améliorer…)

* les répétition(s) générale(s) et rencontres, débats public (écoles, ou autres), afin d’appréhender les tenants et aboutissants dans les corps de métier, et de montrer qu’un spectacle « ne tombe pas du ciel », mais résulte d’un vrai travail…

* d’ouvrir aux associations un espace entièrement équipé, pouvant accueillir tout événement.

* de réhabiliter l’art comme possibilité de partage, d’échange, de rencontre, loin de la consommation des produits de l’industrie culturelle, avec par exemple l’organisation de levers de rideaux (avant un spectacle programmé, peuvent se jouer des programmes courts par des groupes scolaires ou associatifs) qui impliquent un réel échange au niveau des écoles et conservatoires pour préparer en amont ces spectacles courts (+ rencontres avec les compagnies, etc.)

 -Nous soutiendrons le jeune festival de musiques actuelles pour aider à sa pérennisation et toute initiative permettant d’égayer l’été des limougeaud-e-s.

Dans les musées municipaux, nous réserverons des espaces pour faire émerger et connaître, entre autres, les talents locaux et travaillerons à mieux intégrer la Maison de l’Email dans la vie culturelle locale; nous garantirons aussi la pérennisation d’un Musée social de la ville de Limoges.

– Nous voulons un cinéma associatif ou municipal ainsi que des initiatives publiques fortes pour le droit pour tous au cinéma

– Nous engagerons un réel travail sur les friches industrielles et leur utilisation à des fins d’échanges sociaux et culturels.

Limoges est une ville des Résistances.

L’histoire des luttes et les traditions associatives et coopératives de notre ville sont un marqueur profond de notre identité, porteur de sens pour aujourd’hui et pour demain. Au-delà de la rénovation urgente de la Maison du Peuple, « Limoges-Terre de Gauche » propose la création d’un lieu emblématique et vivant de ces mémoires, une véritable université populaire.

Il s’agira d’un espace doté de moyens lui permettant de conjuguer :

– travaux de recherches et d’études sur l’histoire des luttes, du mouvement social, du monde du travail et de l’économie sociale, organisant conférences, colloques et/ou séminaires.

– activités culturelles, artistiques et festives : spectacles, festivals, chorales militantes, éditeurs sociaux, …

– actions pédagogiques et éducatives

rencontres et débats d’actualité sur les résistances, les luttes et les mouvements sociaux actuels

Le PR2L (Pôle international de ressources de Limoges et du Limousin pour l’histoire du monde du travail et de l’économie sociale) est déjà un acteur reconnu dans ce domaine et peut jouer un rôle majeur dans cette dynamique. Nous soutiendrons donc son développement.

Et nous opérerons un changement dans la vision de ce que doit être le musée de la résistance ; il redeviendra, le Musée de la Résistance et de la Déportation.

 • Nous soutiendrons les initiatives qui encouragent l’apprentissage et la connaissance de la culture et de la langue occitane.