Portrait de… Sylvie Filipe Da Silva

Notre liste est ouverte, plurielle, unitaire ! On y trouve, outre des candidat-es issu-es des formations du Front de Gauche, des écologistes de gauche, en dissidence d’EELV, des syndicalistes d’horizons divers, des militants associatifs… Elle associe des militants de longue date, mais aussi des citoyens dont c’est le premier engagement dans une campagne dynamique et chaleureuse. Qui sont-ils ? Qui sont-elles ces candidates ?

sylvieÀ l’heure où les listes font disparaître les logos de leur parti politique (ou se réclament de l’apolitisme), peux-tu dire en deux mots pourquoi tu as fait ce pas, souvent mal perçu ou compris, vers la «politique» ? En un mot, peux-tu expliquer ton engagement ?

Très proche depuis longtemps des Alternatifs, je n’avais pas concrétisé mes affinités par un engagement plus fort au sein de ce parti, déjà très occupée par d’autres activités militantes.

C’est justement lors des élections régionales en Limousin que j’ai franchi le pas ! J’ai été convaincue par la démarche de rassemblement de la gauche, et ça m’a donné envie de participer, pour les Alternatifs, aux côtés de « Terre de Gauche ».

La recherche du compromis, de la perspective la plus juste, la qualité de nos débats, l’ouverture d’esprit, l’échange, le partage des valeurs, la nécessité de comprendre, de convaincre, ou d’expliquer, autant d’éléments très positifs qui ont été apportés par notre rassemblement.

Quelles raisons ont motivé ton appartenance à la liste « Limoges Terre de Gauche » ?

Tout d’abord, l’envie d’un autre projet et d’une autre politique pour Limoges ! Arrivée il y a maintenant 10 ans, j’ai appris l’héritage du passé qui a façonné cette ville (et cette région !). Plus récemment malheureusement, sous couvert d’un soi-disant besoin de modernité, de tape à l’œil, de vitesse et de consommation, on sent comme un délitement, une perte de mémoire, une dégradation du bien vivre à Limoges.

Ensuite, parce que le travail politique, c’est aussi de l’action. Les idées doivent être mises en œuvre, et je crois au niveau local pour changer la donne.

Enfin, parce que c’est toujours plus enrichissant d’agir plutôt que subir…

Quelle est la ou quelles sont les 2 ou 3 propositions du programme «Limoges Terre de Gauche » que tu soutiens particulièrement ?

J’aurais vraiment beaucoup de mal à répondre à cette question. Nous avons construit un programme cohérent, dans lequel nos différentes propositions sont interdépendantes et agissent ensemble pour une ville plus solidaire, plus écologique, plus progressiste. Prenons par exemple le thème de la sécurité que nos adversaires, sans se préoccuper des causes sociales, veulent traiter à coup de caméras de surveillance. Avec Limoges Terre de Gauche, c’est tout notre programme qui contribue au mieux vivre ensemble pour des relations apaisées entre les habitant-e-s: culture, déplacement, emploi, égalité des droits, citoyenneté, etc, autant de sujets qui permettront à tou-te-s les habitant-e-s de trouver leur place dans la société que nous voulons re-construire.

La préoccupation écologique est également présente dans toutes nos propositions: ceinture maraîchère biologique, gratuité des transports et développement des transports doux, développement des circuits courts pour l’alimentation des cantines, protection du foncier, amélioration de la qualité énergétique des bâtiments publics…, chacun-e tirera les bénéfices d’une politique en phase avec la prise en compte des limites de notre environnement.

• Pourquoi, à ton avis, l’abstention a-t-elle gagné du terrain ces dernières années ?

Il y a probablement un faisceau de raisons, la dégradation sociale qui isole les individus dans des préoccupations quotidiennes souvent insurmontables, les mensonges politiques, le déni de démocratie pour les étranger-ère-s qui contribuent tout autant à la vie locale, l’absence de concertation…

Je souhaiterais que les citoyen-ne-s retrouvent le bonheur d’agir, car c’est bien ce qui nous anime : l’engagement et l’action, ça fait du bien !

C’est ce que nous proposons dans le cadre du développement de la démocratie participative.

Penses-tu que l’enjeu des élections municipales soit uniquement local ?

Pas seulement. Rappelons que ces élections vont également élire les conseillers communautaires, qui agiront au sein de l’intercommunalité. Aujourd’hui, beaucoup de prérogatives des communes sont gérées au niveau intercommunal.

Aussi, nos propositions ont un rayonnement au-delà des frontières limougeaudes. L’arrêt de l’artificialisation des terres, ou la possibilité de ne plus utiliser sa voiture, sont autant de mesures qui améliorent l’environnement global.

Que souhaites-tu pour l’avenir ? A quoi ressemble la ville (le monde ?) que tu veux construire ?

Une ville où ce n’est pas l’austérité qui fait la loi ! Nous voulons trouver des solutions qui permettent de contourner les conséquences de la crise: les services publics, la gratuité comme principe d’égalité, l’engagement collectif, l’accès aux soins, autant de moyens dont nous disposons pour endiguer les inégalités, source de bien des dysfonctionnements sociaux.

J’ai très envie que nous puissions mettre en œuvre notre programme pour redonner à Limoges les valeurs de gauche qui ont accompagné l’histoire de cette ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.