Portrait de… Michèle Coudoin

Notre liste est ouverte, plurielle, unitaire ! On y trouve, outre des candidat-es issu-es des formations du Front de Gauche, des écologistes de gauche, en dissidence d’EELV, des syndicalistes d’horizons divers, des militants associatifs… Elle associe des militants de longue date, mais aussi des citoyens dont c’est le premier engagement dans une campagne dynamique et chaleureuse. Qui sont-ils ? Qui sont-elles ces candidates ?

P1000351À l’heure où les listes font disparaître les logos de leur parti politique (ou se réclament de l’apolitisme), peux-tu dire en deux mots pourquoi tu as fait ce pas, souvent mal perçu ou compris, vers la «politique» ? En un mot, peux-tu expliquer ton engagement ?

Très jeune, j’ai été confrontée à la pauvreté, au froid, il y aurait eu sans doute la faim si je n’avais pas vécu à la campagne. J’ai travaillé dès l’âge de 12 ans pendant les vacances à la cueillette des haricots-verts, des framboises, puis dans des centres de vacances. Pas de jouet, pas de vacances si ce n’est quelques journées grâce à la solidarité associative essentiellement par le créneau des voyages scolaires. Pour autant, s’il y avait de la misère matérielle, il n’y avait pas de misère intellectuelle, les repas familiaux étaient toujours pigmentés de discussions sur les évènements locaux, nationaux ou internationaux. Mon grand-père paternel et mon père ont tous deux été conseillers municipaux communistes. Quand j’ai commencé à travailler en 1980 j’ai connu la précarité pendant 3 ans (CDD), et très rapidement des conditions de travail inacceptables. D’où ce besoin de se battre pour soi et pour les autres.

Quelles raisons ont motivé ton appartenance à la liste « Limoges Terre de Gauche » ?

En tant que communiste et dès l’instant où le choix des communistes s’est majoritairement porté pour une liste des composantes du Front de Gauche, j’ai proposé ma candidature. Franchement, quel que soit le résultat, je ne regretterai rien. Nous sommes une équipe formidable et menons une belle campagne.

Quelle est la ou quelles sont les 2 ou 3 propositions du programme «Limoges Terre de Gauche » que tu soutiens particulièrement ?

Il est bien difficile de choisir car elles forment un TOUT. Je dirai celle sur la gratuité du transport, (qui n’a pas rêvé de sauter dans un bus pour faire quelques mètres quand il pleut ?) et la démocratie participative avec les comités de quartiers où les habitants pourront débattre, construire et décider.

Pourquoi, à ton avis, l’abstention a-t-elle gagné du terrain ces dernières années ?

Promesses non tenues. Des élus de gauche qui font des politiques de droite. Trop de scandales, corruptions, clientélisme même si cela ne concerne que quelques-uns cela déteint sur tous les autres. Absence de transparence sur les rémunérations aussi.

Penses-tu que l’enjeu des élections municipales soit uniquement local ?

La « personnalisation » des maires peut conduire à une expression purement locale. Mais la proximité de cette élection avec celle de la présidentielle et son lot de déceptions et de scandale (affaire Cahuzac) va je pense entraîner les citoyens à s’exprimer aussi sur le national.

Que souhaites-tu pour l’avenir ? A quoi ressemble la ville (le monde ?) que tu veux construire ?

Je partage cette citation de Pierre Mendes France qui a dit de la République qu’elle devait être éternellement révolutionnaire à l’encontre des inégalités, de l’oppression et de la misère, de la routine, des préjugés et éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir.

(1 commentaire)

    • veytizoux on 20 mars 2014 at 17 h 21 min
    • Répondre

    Une femme de lutte, opiniâtre , acharnée;le cauchemar des patrons voyous du commerce. Un engagement jamais démenti auprès des plus fragiles, toujours de la place dans la voiture pour amener des enfants de la ZUP en ville, au resto, à l’accrobranche, à la mer….What Else ?

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.