Portrait de… Franck Larouquie

Notre liste est ouverte, plurielle, unitaire ! On y trouve, outre des candidat-es issu-es des formations du Front de Gauche, des écologistes de gauche, en dissidence d’EELV, des syndicalistes d’horizons divers, des militants associatifs… Elle associe des militants de longue date, mais aussi des citoyens dont c’est le premier engagement dans une campagne dynamique et chaleureuse. Qui sont-elles ? Qui sont-ils ces candidats ?

franckÀ l’heure où les listes font disparaître les logos de leur parti politique (ou se réclament de l’apolitisme), peux-tu dire en deux mots pourquoi tu as fait ce pas, souvent mal perçu ou compris, vers la «politique» ? En un mot, peux-tu expliquer ton engagement ?

Militant syndical, je souhaitais militer de manière plus concrète et porter des revendications plus larges. Mon engagement politique dans un parti s’est concrétisé en 2008 en étant sur la liste 100% à gauche. J’ai ensuite milité à la LCR, au NPA et aujourd’hui à la Gauche Anticapitaliste, membre du Front de Gauche.

Quelles raisons ont motivé ton appartenance à la liste « Limoges Terre de Gauche » ?

Limoges Terre de Gauche c’est la continuité de la construction politique entamée en 2010 avec Limousin Terre de Gauche. C’est-à-dire une liste qui propose une politique alternative, de rupture avec le libéralisme et ceux qui l’appliquent localement: le maire de Limoges et sa majorité. Candidat Terre de Gauche aux cantonales de 2011, il était logique que je soutienne; la GA m’a proposé d’être présent sur la liste.

Quelle est la ou quelles sont les 2 ou 3 propositions du programme «Limoges Terre de Gauche » que tu soutiens particulièrement ?

Je soutiens tout ce qui est écrit dans le programme. Celui-ci s’articule autour de deux axes : la reconquête des biens communs contre cette municipalité qui a bradé nos services publics à des multinationales (centre aquatique, parking,. .) et qui préfère les grands projets inutiles ( grand stade,..) ; et redonner du pouvoir aux citoyens par une vraie démocratie participative où les habitants de chaque quartier de Limoges disposeront d’une enveloppe financière pour décider des aménagements qui favorisent le vivre ensemble.

Pourquoi, à ton avis, l’abstention a-t-elle gagné du terrain ces dernières années ? 

Les promesses non tenues ne font qu’alimenter l’abstention. Nombre de promesses du candidat Hollande ont été abandonnées par le président Hollande (redistribution des richesses, PMA,…) et au lieu de cela il préfère faire plaisir à quelque uns en distribuant plusieurs milliards d’euros au patronat.

Penses-tu que l’enjeu des élections municipales soit uniquement local ?

Assurément, cette élection a un enjeu national. Voter Limoges Terre de Gauche c’est mettre un carton rouge à ce gouvernement et à sa politique d’austérité. Mais c’est aussi un enjeu local: mettre fin au mandat d’un cumulard qui vote l’austérité au parlement et l’applique scrupuleusement à Limoges.

Que souhaites-tu pour l’avenir ? A quoi ressemble la ville (le monde ?) que tu veux construire ?

« Le miracle n’est pas de ce monde, mais les planches les plus dures peuvent être transpercées » Hannah Arendt

(1 commentaire)

    • veytizoux on 20 mars 2014 at 17 h 02 min
    • Répondre

    Un super candidat aux dernières cantonales et un futur conseiller municipal dévoué à ses concitoyens, si les électeurs en décident ainsi.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.