Portrait de… Christine Valadas

Notre liste est ouverte, plurielle, unitaire ! On y trouve, outre des candidat-es issu-es des formations du Front de Gauche, des écologistes de gauche, en dissidence d’EELV, des syndicalistes d’horizons divers, des militants associatifs… Elle associe des militants de longue date, mais aussi des citoyens dont c’est le premier engagement dans une campagne dynamique et chaleureuse. Qui sont-ils ? Qui sont-elles ces candidates ?

Ch. ValadasA l’heure où les listes font disparaître les logos de leur parti politique (ou se réclament de l’apolitisme), peux-tu dire en deux mots pourquoi tu as fait ce pas, souvent mal perçu ou compris, vers la «politique» ? En un mot, peux-tu expliquer ton engagement ?

Je dois aujourd’hui cet engagement, en premier lieu à mon mari Bernard Valadas et à Gérard Rome, qui a bien fait « d’insister » pour m’engager, même, si pour moi, il est compliqué de pouvoir m’investir plus dans la période actuelle. Mes valeurs et mes convictions syndicales en seront d’autant plus enrichies. J’aurais du franchir ce pas bien plus tôt, mais par laxisme, par manque de temps surtout, je ne l’avais pas fait. Aujourd’hui ras le bol des décisionnaires du pouvoir, de l’argent, toujours plus et pour les mêmes, laissant de coté le respect de l’être humain, le citoyen, l’homme. Le changement de gouvernement, j’ai voulu y croire, comme bon nombre de nos concitoyens, mais force est de constater, que cela est même pire que ce qu’on pouvait imaginer.

Quelles raisons ont motivé ton appartenance à la liste « Limoges Terre de Gauche » ?

Cette liste représente à mes yeux, surtout une autre politique, les trois mots qui la composent sont essentiel pour la vie de chacun d’entre nous. Tous ces politiques qui se disent de « gauche » ont oublié la signification des ces trois mots: la démocratie; l’écologie; et le social.

Quelle est la ou quelles sont les 2 ou 3 propositions du programme « Limoges Terre de Gauche » que tu soutiens particulièrement ?

 « Vieillir en ayant toute sa place dans la cité » De part ma profession, je ne tolère plus les mensonges de Mr Rodet, envers les personnes âgées, qu’ils choie pour « son électorat » et les décisions politiques qu’il soutient. Nos « vieux » c’est notre savoir, c’est notre histoire, c’est une partie de notre vie, nous devons y prêter plus d’attention, ils sont mis en marge de la société, on ne voit à travers eux que l’argent qu’ils peuvent rapporter.

« Le vieux », c’est une boite à fric avec les grosses structures que sont les maisons de retraite (avec un minimum de personnel), des mouroirs à prix d’or. Le maintien à domicile est un leurre, c’est un parcours du combattant pour les familles. Tout ceci en lien avec les problématiques de la santé « pour tous ».

La gratuité des transports en commun, est un facteur essentiel, pour tous, jeunes, actifs, vieux, il permet d’enrayer le phénomène de l’isolement. (Peu d’argent + transport en commun trop onéreux = peu de déplacement)

Pourquoi, à ton avis, l’abstention a-t-elle gagné du terrain ces dernières années ?

L’abstention c’est ras-le-bol des politiques, qui pour les citoyens ne représentent plus rien, sauf le monde de l’argent et des malversations.

Le manque de respect, pour tous ces gens qui travaillent pour gagner une misère, pour ceux qui galèrent à trouver un travail, pour ces jeunes qui ne voient rien au bout de leurs études.

Penses-tu que l’enjeu des élections municipales soit uniquement local ?

Absolument pas, il y a obligatoirement une déclinaison, sur le plan national. Si nous avions des maires consciencieux, qui portent réellement au national les difficultés du local. Mais non, tous ces députés osent voter des lois qui pénalisent leurs propres collectivités locales. Tout simplement une honte.

Que souhaites-tu pour l’avenir ? A quoi ressemble la ville (le monde ?) que tu veux construire ?

Trop de chose à dire sur le sujet… Donner accès à l’eau pour tout le monde, le retour de véritables services publics, redonner le pouvoir aux citoyens de s’exprimer, stopper le patronat, dans son délire de la rentabilité, de toujours plus « engraisser » les actionnaires et tous ces gens qui ne vivent que sur le dos des gens qui travaillent, donner l’accès à tous pour les études, que l’argent ne soit plus un frein. Arrêter la destruction de la planète

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.