Portrait de… Annie Cariou Audy

Notre liste est ouverte, plurielle, unitaire ! On y trouve, outre des candidat-es issu-es des formations du Front de Gauche, des écologistes de gauche, en dissidence d’EELV, des syndicalistes d’horizons divers, des militants associatifs… Elle associe des militants de longue date, mais aussi des citoyens dont c’est le premier engagement dans une campagne dynamique et chaleureuse. Qui sont-ils ? Qui sont-elles ces candidates ?

annieÀ l’heure où les listes font disparaître les logos de leur parti politique (ou se réclament de l’apolitisme), peux-tu dire en deux mots pourquoi tu as fait ce pas, souvent mal perçu ou compris, vers la «politique» ? En un mot, peux-tu expliquer ton engagement ?

Mon environnement familial m’a toujours sensibilisée au monde extérieur. Les sujets de société n’étaient absolument pas tabous à la maison… Et puis que ce soit, au collège, au lycée…, et plus tard dans la vie professionnelle j’ai toujours eu un engagement… D’abord à la CFDT, « errare humanun est » et depuis 2005 à SUD Travail. Trop facile la passivité, et le petit doigt sur la couture…

Quelles raisons ont motivé ton appartenance à la liste « Limoges Terre de Gauche » ?

L’espoir né de « Limousin Terre de Gauche » : l’aspect novateur d’une telle liste, le discours concret, accessible et sans langue de bois du personnage Mélenchon, sans culte de la personnalité toutefois… Les valeurs prônées… valeurs résumées dans les mots « écologique, sociale et démocratique ».

Quelle est la ou quelles sont les 2 ou 3 propositions du programme «Limoges Terre de Gauche » que tu soutiens particulièrement ?

Parmi les priorités: le logement, « le vivre ensemble », le transport, une politique municipale de santé…

Pourquoi, à ton avis, l’abstention a-t-elle gagné du terrain ces dernières années ? 

Le quotidien est de plus en plus pénible à gérer. La méconnaissance, la méfiance, le travail de sape de certains médias participent à ce phénomène : le dégoût du commun des mortels pour la politique. Le monde syndical est lui aussi touché, avec de moins en moins de salariés impliqués: désinvestissement, désintérêt pour un engagement, quel qu’il soit.

Penses-tu que l’enjeu des élections municipales soit uniquement local ?

Impossible ! Il serait aberrant de dissocier un scrutin local d’un scrutin national. C’est un discours réducteur !

 

Que souhaites-tu pour l’avenir ? A quoi ressemble la ville (le monde ?) que tu veux construire ?

Je souhaite une ville ouverte vers l’extérieur, et sans hégémonie de territoire, une ville de dialogue avec des droits, et aussi des devoirs pour ses habitants … (mais le sujet est vaste…).

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.