Conseil Municipal du 19 novembre 2014

Vous trouverez dans cet article les liens vers les interventions des élu-e-s du groupe Limoges Terre de gauche lors du CM du 19 novembre.

Approbation du compte-rendu :
Le groupe Limoges TDG s’est abstenu lors du vote sur l’approbation du compte-rendu du Conseil Municipal précédent. Comme l’a expliqué Frédéric Chalangeas, ce compte-rendu ne donne pas le détail des votes et peut induire en erreur. Demande a été faite que certains votes soient dissociés et qu’il en soit clairement rendu compte, réclamation par ailleurs reprise par l’ensemble des groupes.

Démocratie de proximité ?
L’intitulé de cette délibération pouvait laisser espérer la formation de véritables lieux de propositions, de réflexion et de débats entre citoyens. Une telle organisation n’est pas encore à l’ordre du jour. Pour l’heure, des périmètres sont délimités, et 5 nouveaux Maires adjoints ont été nommés. Lire à ce sujet l’intervention de Gilbert Bernard Le groupe Limoges TDG s’est abstenu sur la création de ces Mairies de quartier, et n’a pas participé à l’élection des nouveaux Maires-adjoints.

Diagnostic de sécurité
La mise en place d’un logiciel de collecte de données et d’ échange entre police nationale et la ville a donné lieu à une intervention de Frédéric Chalangeas, dénonçant une course poursuite vers le tout sécuritaire.
Limoges TDG s’est abstenu lors de ce vote.

LGV Poitiers-Limoges
Une convention de financement des études « post DUP » engagera la ville de Limoges pour une participation supplémentaire de 737 000 €. Le groupe Limoges TDG a évidemment voté contre cette convention, intervenant à plusieurs reprises la voix de Danielle Soury et celle de Gilbert Bernard. Le groupe Limoges LTG avait également présenté un voeu pour la déclaration d’utilité publique de ce projet LGV ne soit pas signé, voeu reprenant certains éléments du récent rapport de la Cour des Comptes sur la grande vitesse. Notons que la conseillère écologiste Marie-Anne Robert-Kerbrat est également intervenue et a voté contre la convention de financement.

Modification du plan local d’urbanisme
Retenons l’abandon du pourcentage de logement sociaux qui avait été jusqu’alors l’une des rares raisons de caractériser Limoges comme une ville de gauche. Le Groupe Limoges TDG a voté contre cet abandon, après avoir demandé un vote séparé sur cette question.

Charte « Ville santé citoyenne » avec l’ARS
Une charte dont les signataires s’engageront à développer, promouvoir et soutenir toute action contribuant à améliorer la santé des habitants. Un simple exercice de communication, estimera Danielle Soury dans son intervention : les inégalités de santé dépendent des inégalités sociales. « On laisse crever l’hôpital public et on le remplace par des gadgets !  » déclarera Gilbert Bernard. Le groupe Limoges TDG s’est abstenu sur la signature de cette charte ainsi que sur celle constituant un « Conseil local de santé mentale »

Temps périscolaires
Malgré un retour en arrière partiel, innévitable et prévu (les études surveillées seront à nouveau gratuites) Frédéric Chalangeas a dénoncé « l’inégalité par tous les bouts » que devront subir les écoliers limougeauds.
Frédéric Chalangeas est également intervenu pour la défense de l’association Lire et Faire Lire, dont l’action avait été mise en cause par le groupe FN.

 

En conclusion :

Nombre d’interventions des élu-e-s du groupe Limoges TDG ont été accueillies par cet ordre de M. Lombertie : « faites court ! »
Un sujet aussi lourd de conséquences pour l’avenir des Limougeaud-e-s et de tous le Limousin tel que le projet de LGV, n’a pas eu droit a de longs débats. La cause du « train des riches » est acquise par la droite comme pour le PS.

En revanche, celles et ceux qui ont assisté à ce Conseil Municipal (et qui peuvent encore le faire pendant quelques jours sur le site internet de la ville de Limoges) ont constaté la place envahissante prise par les querelles interminables concernant les travaux dans les bâtiments publics (diaporama à l’appui), ou les indemnités des élu-e-s. Ces sujets qui méritaient, certes, d’être abordés, touchaient au lamentable à force de s’éterniser. Gageons que les 4h qu’a duré ce Conseil aurait pu être divisées par 2.

 

Contrat Jeunes Majeurs : déclaration du groupe Limoges Terre de Gauche

Depuis lundi dernier, des travailleurs sociaux manifestent au Conseil Général leur mécontentement, leur colère face à une décision politique prise en catimini au début du mois d’octobre.

Pourtant cette décision ne les concerne pas vraiment directement. Leur mobilisation n’est pas « sectorielle », « catégorielle », ou « liée aux élections professionnelles ». Elle concerne tout simplement les jeunes avec qui ils et elles travaillent.

En effet, le Conseil Général a voté la fin de la prise en charge de certains jeunes entre 18 et 21 ans dans le cadre du « Contrat Jeunes Majeurs » s’ils ne remplissent pas des conditions qui vont au-delà d’un accompagnement humain et efficace.

Des jeunes en difficulté vont être jugés sur des critères politiques (puisque le dernier mot reviendra à Madame la Présidente) qui ne seront plus en lien avec leur parcours et leur réussite.

Les propos tenus et relayés par la presse montrent du mépris à l’égard des salarié-e-s qui se mobilisent, du mépris à l’égard des personnes qui les soutiennent (signalons entre parenthèses, que, nous, élu-e-s de la République, avons fait partie de celles et ceux que Madame la Présidente appellent des « agitateurs »), et surtout, et c’est le plus grave, du mépris envers les jeunes eux-mêmes.

Il n’est pas trop tard pour que les élu-e-s reviennent sur ce vote (certain-e-s ont déjà exprimé leur souhait de le faire). Il en va de leur responsabilité vis-à-vis des personnes qu’ils et elles sont censé-e-s protéger par leurs décisions.

Nous soutenons cette lutte exemplaire parce qu’elle est la preuve vivante que le plus important c’est « L’Humain d’Abord » !

Déclaration Limoges Terre de Gauche : Face au FN, on ne déserte pas… on se bat

Déclaration des élu-es Limoges Terre de Gauche

Lors du Conseil Municipal du 30 septembre, le Maire de Limoges a pris la responsabilité de donner au FN la présidence du groupe de travail créé par la majorité municipale pour revoir le dispositif des subventions aux associations de la ville.

Cette décision nous semble particulièrement grave aussi bien au niveau idéologique (dans la proximité entre la majorité municipale et les idées d’extrême-droite qu’elle exprime) que par les conséquences possibles, voire prévisibles, pour un certain nombre d’associations de notre ville.

Il n’aura donc guère fallu de temps pour qu’un Maire novice en politique et qui prétendait « faire de la politique  autrement », n’endosse dans les faits un costume politicien des plus éculés ! En effet comment peut-on, dans la même séance du Conseil, prétendre rendre hommage à Georges Guingouin, en donnant son nom à un grand pont de notre ville, et répondre favorablement à la demande du FN d’obtenir la présidence d’un groupe de travail municipal ?

Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’amalgame implicite ainsi opéré. Il est indigne de donner à penser qu’on pourrait renvoyer dos à dos les combats de la Résistance en général, ceux de G. Guingouin en particulier, et les agissements de l’extrême-droite, au motif de satisfaire à la fois une prétendue extrême-gauche et la bien réelle extrême-droite.

En réalité, la majorité municipale ne doit sa victoire qu’à l’apport de voix de la droite extrême. Le FN a d’ailleurs validé jusqu’à présent toutes les décisions municipales significatives: soutien réitéré autant qu’inconsidéré à la LGV, arrêtés dits « anti-mendicité », fin de la gratuité des activités périscolaires, remise en cause des objectifs de logements sociaux sur la ville… Sous la pression du FN et de la partie la plus extrêmisée de sa propre majorité, le maire donne donc des gages et cède.

Face au FN, on ne déserte pas… on se bat !

Pour sa part, le groupe Limoges Terre de Gauche participera donc à ce groupe de travail municipal pour y exercer une vigilance démocratique. Et nous œuvrerons en faveur de la libre expression de toutes et tous, dans la diversité et le respect mutuel.

Tel est l’idéal démocratique pour lequel nous ne cesserons pas de nous battre.

Limoges le 9 octobre 2014

Conseil Municipal du 30 septembre 2014

Rythmes scolaires, logement social, FN  :
la droite se dévoile.

Conseil municipal placé sous haute surveillance policière municipale, les familles s’étant rassemblées devant la mairie pour manifester  à nouveau leur opposition à la fin de la gratuité des activités périscolaires décidée en catimini par la nouvelle équipe municipale en juillet dernier.

manif-perisco-140930Leur colère et leur détermination ne faiblit pas: à l’appel du collectif environ deux cents personnes (parents, enseignants, syndicalistes, membres d’associations ou de partis politiques, notamment du Front de Gauche) ont bruyamment manifesté leur opposition à cette décision. Les élus Limoges Terre de Gauche étaient bien sûr présents à ce rassemblement informant les manifestants qu’ils interviendraient à nouveau sur cette question en cours de séance

Une séance qui débutait par le vote du nouveau règlement intérieur. Frédéric Chalangeas qui avait participé pour LTG au groupe de travail mis en place sur le sujet est intervenu pour déplorer la réduction du nombre de commissions de six à trois, y voyant là un rabougrissement de la démocratie avec «  le risque de voir des dossiers traités à l’emporte-pièce faute de temps » (voir intervention complète). Il s’est cependant félicité que, à la demande du groupe LTG, le maire soit contraint de mettre en œuvre les dispositions de la charte Anticor qu’il avait signée lors de la campagne des municipales. La présidence de la Commission des finances échoit ainsi à notre groupe (Danielle Soury) et une commission Ethique est mise en place. Par ailleurs nous avons obtenu, via un amendement,  que notre groupe qui était sous représenté dans les commissions (un membre) puisse bénéficier de la présence d’un second élu (même si celui-ci n’aura pas le droit de vote). Au final, au vu des avancées obtenues, le groupe LTG votera le nouveau règlement.

La délibération sur la DM2 (décision budgétaire modificative) permettra à Gilbert Bernard de revenir sur la question de la gratuité des activités périscolaires au grand dam de la majorité. Il montrera notamment que cette décision est avant tout dictée par « des considérations idéologiques et non pas budgétaires contrairement à ce que ne cesse de dire le maire ». Près de 900 000 euros viennent en effet de tomber dans l’escarcelle municipale via le FONPI (fonds de péréquation intercommunal). Une rentrée inespérée: au moment du vote du budget en avril, il avait été inscrit 400 000 euros pour cette dotation mais c’est finalement 1,3 million d’€ qui ont été attribués à la ville en juillet, soit 900 000 euros de plus. Or cette somme c’est précisément le coût supplémentaire pour la ville de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. « Comment continuer à justifier dans ces conditions de faire payer les familles  ? » dira Gilbert Bernard, demandant le retour à la gratuité totale. (voir intervention complète).

Le Président du groupe interviendra également sur un deuxième point à l’ordre du jour de cette DM2, pour manifester la désapprobation du groupe sur une subvention exceptionnelle en faveur du syndicat mixte gérant l’aéroport de Limoges Bellegarde: « Je crois notamment qu’il est nécessaire de dire stop à toutes les chantages que pratiquent les compagnies aériennes dites low cost qui font jouer la concurrence entre les aéroports pour obtenir les meilleures conditions d’exploitation, au détriment des contribuables ». (voir intervention complète).

Le groupe votera contre la DM2.

Autre dossier d’importance à l’ordre du jour de cette séance, le logement social. Le conseil municipal devait donner un avis sur le Programme Local de l’Habitat de Limoges Métropole (PLH) qui fixe les objectifs de construction sur l’agglo pour les prochaines années. La délibération proposée comportait un amendement demandant que la part du logement social dans les constructions nouvelles passe de 20% à 10 %  ! Une proposition qui a fait bondir notre groupe qui, par la voix de Danielle Soury, a dénoncé une orientation particulièrement révélatrice du vraie visage de la municipalité. « Décidément la droite n’aime pas les pauvres. Non content d’avoir ouvert cet été la chasse aux mendiants, vous vous en prenez à présent aux logements sociaux  ! » a-t-elle martelé, ajoutant que «  dans les villes où elle est arrivée à la mairie en mars dernier, c’est pas moins de 15 000 logements sociaux que nationalement la droite a déjà remis en cause à ce jour ».   (voir intervention complète). LTG votera bien sûr contre la délibération proposée.

Nous avons de la même manière voté contre la délibération octroyant la garantie de la Ville à la Société Anonyme Dom’Aulim, (société privée de logement social) aux motifs d’une part que cette entreprise a une surface financière importante (elle compte même des organismes bancaires dans son tour de table !) et qu’elle est loin d’être exemplaire dans la reconnaissance des droits d’expression démocratique des locataires puisqu’elle a jugé bon d’évincer les représentants de la CNL de son Conseil d’Administration  lors de sa dernière restructuration financière.

Si notre groupe a voté les autres délibérations (subventions, conventions, travaux…) et en particulier celle attribuant au nouveau pont sur la Vienne le nom  de Georges Guingouin, il s’est cependant abstenu sur trois d’entre-elles.

• L’une concernait un protocole de partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations: elle prévoit notamment -mais pas seulement ce qui explique notre vote-  le financement éventuel du barreau LGV Limoges-Poitiers.

• La seconde concernait plusieurs opérations immobilières et a permis à Danielle Soury d’attirer à nouveau l’attention de la municipalité sur la nécessité de préserver de terres agricoles peu à peu grignotées par le développement urbain.

• La dernière concernait l’attribution d’une subvention au CSP Limoges: Gilbert Bernard s’est inquiété de la part croissante d’argent public dans le budget du club (50% des recettes en 2013) et a demandé où en était la réflexion autour de la construction d’une nouvelle salle («  on y réfléchit  » répondra laconiquement le maire).

En fin de réunion, le Maire, répondant à une sollicitation du groupe FN,  a annoncé qu’il acceptait de donner au groupe d’extrême-droite la présidence du groupe de travail municipal créé sur l’attribution des subventions municipales aux associations. A ceux qui pouvaient encore douter, gageons qu’il apparaîtra aujourd’hui clairement que les proximités entre la majorité municipale et le FN ne sont pas une vue de l’esprit  !

A noter enfin que notre groupe a déposé un vœu sur la distribution postale à Limoges (voir texte). Il a été validé malgré l’abstention du groupe majoritaire.

30 septembre: manifestation devant la mairie pour la gratuité périscolaire

A l’appel du Collectif pour la gratuité périscolaire, manifestation pour « la gratuité partout, l’école pour tous »  lors du Conseil municipal.

Devant la Mairie – 18 H –

 

 

gratuite

Périscolaire : pétition

La réunion organisée par Le Collectif pour la Gratuité Périscolaire, mardi 9 septembre, a attiré plus de 150 personnes.
Voir l’article et la vidéo de France 3 :

petition-periscolaireDans l’attente d’un nouveau rendez-vous à la Mairie de Limoges, le collectif vous invite à signer la pétition que vous pouvez trouver à cette adresse :

http://gratuiteperiscolairelimoges.wordpress.com/2014/09/09/petition-pour-la-gratuite-periscolaire-a-limoges/

Le groupe Limoges Terre de Gauche vous invite également à signer cette pétition.

Mobilisations citoyennes pour une paix juste et durable en Palestine

Le groupe Limoges Terre de gauche soutiendra toutes les initiatives en solidarité avec le peuple Palestinien.

Prochaines manifestations à Limoges :

Mercredi 6 août 2014 de 18:30 à 19:30

Place de la Motte à Limoges
Samedi 9 août 2014 de 16:00 à 17:00

Place de la Motte – Limoges

Continue reading

Contre les arrêtés « mendicité et prostitution »

Suite à l’annonce des arrêtés municipaux « mendicité et prostitution », le groupe Limoges Terre de Gauche a donné une conférence de presse.

Voici les articles parus dans L’Echo et le Populaire :

 Echo-140730L’Echo du 30 juillet 2014 (cliquez pour agrandir)

Popu-140730Le Populaire du mercredi 30 juillet 2014

Télécharger le texte complet des arrêtés au format PDF

Conseil Municipal du 8 juillet 2014

C’est lors de ce conseil municipal du 8 juillet 2014 que la première « décision modificative » (DM1) a été votée par la nouvelle majorité municipale UMP, accompagnée par le FN.
Si jusqu’alors le groupe majoritaire avait dû se contenter d’adopter le budget primitif élaboré lors de la précédente mandature, cette « décision modificative » lui permet de commencer à mettre en oeuvre ses propres orientations politiques.
En quelques mots, persister sur la LGV, revoir à la baisse des budgets culturels au profit de ceux concernant « la sécurité », et en finir avec la gratuité des activités péri-scolaires.

N’est pas « public » qui veut.

manif-periscolaireCette dernière décision, annoncée quelques jours auparavant par voie de presse, a provoqué la colère de nombre d’enseignants et de parents d’élèves. Peu avant le début du Conseil Municipal, sous une pluie battante, environ 150 personnes ont manifesté pour la gratuité des temps péri-scolaires, devant la Mairie. Celles et ceux qui désiraient assister au débat se sont naturellement présentés devant la porte de la salle réservée au public. En vain.
M. Lombertie n’ignore pourtant pas que les séances du conseil municipal doivent être publiques, que peuvent y assister toutes les personnes qui le désirent, sans discrimination, et ce dès l’heure d’ouverture du dit Conseil.
Pourtant, celles et ceux qui se sont présentés pour y assister ont été refusés par la Police Municipale, au motif que la salle était déjà pleine. Et pour cause ! Avant même l’heure de l’ouverture des portes au public, une assistance choisie avait été introduite par une porte dérobée.
Certes, la retransmission vidéo du conseil municipal sera visible pendant quelques temps sur internet. Mais chacun appréciera le procédé.

Continue reading

Dans la presse : L’Echo et le Populaire du 9 juillet 2014

Popu-140709Le Populaire, 9 juillet 2014

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Echo-140709l’Echo, 9 juillet 2014

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)