Notre dernier conseil municipal…

arton772-28822Lundi 3 février, se tenait à Limoges le dernier Conseil Municipal de la mandature. Dernier Conseil municipal pour Daniel Clérembaux et Aurélie Laurière.

L’intervention humoristique de Daniel Clérembaux…

CherEs collègues,

Ce n’est pas sans émotion que je ferai cette dernière intervention liminaire de la mandature. En effet, nous regretterons la chaleureuse et conviviale ambiance de cet hémicycle, qui conseil après conseil, fit preuve de tant d’écoute, d’intérêt et de respect comme le veut la règle dans ce lieu symbole de l’expression démocratique de notre ville. C’est un luxe vous savez, dans un monde où règne le chaos, de constater à quel point – et alors que nous ne partageons pas les mêmes opinions – la majorité et en particulier vous monsieur le maire, avez été les garants des valeurs de notre institution. Pour preuve, jusqu’au bout vous avez continué à faire preuve d’ingéniosité tout en vous faisant honneur, en n’hésitant pas à organiser une exposition sur vos 20 ans de mandat sous le titre futuriste de « Limoges 2025 ».

Cela mérite bien un remerciement de notre part, et comme vous aimez les proverbes, nous vous adressons celui-là : «Être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres» – Et il est signé Nelson Mandela !

Émotion donc je disais, de ne plus pouvoir partager avec vous ce refus de la déliquescence généralisée, celui d’un monde où l’argent règne en roi à l’image de ces 3 % de millionnaires qui détiennent 50 % des richesses de la planète. C’est vrai que nous avions des préjugés en entrant dans ce cercle restreint des éluEs de la République, mais ceux-ci se sont vite envolés au fur et à mesure où nous avons appris à vous connaître et à constater à quel point vous étiez viscéralement du côté des opprimés.

OUI nous avons été convaincus par l’ardeur avec laquelle vous avez combattu ce capitalisme mortifère, qui chaque jours engendrent plus de chômage et de misère pour SE créer plus de richesses. Comment ne pas en voir la traduction dans le soutien accordé à la construction du Family village, 50 000 m2 de commerces de proximité pour les villages de Grossereix et Goupilloux ainsi que pour les usagers de l’autoroute A 20. Bon certes, les 500 emplois nouveaux promis n’ont pour ainsi dire jamais existé. La seule enseigne de Conforma a perdu 60 employés suite à son ouverture, et dans notre centre ville historique, c’est la Bérézina. Des dizaines de magasins fermés. Mais me direz vous, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs !

OUI nous avons été bluffés par le courage dont vous avez usé pour faire rempart aux mesures d’austérité, à la casse du service public, des protections sociales et à l’appauvrissement des droits des salariés. Là encore, comment ne pas s’extasier face au projet de transformation du site Marceau en hôtel consulaire de luxe et logements de standing afin d’accueillir les dizaines de milliers de commerciaux et cadres supérieurs qui rempliront à n’en pas douter, les 11 allers retours Limoges Paris via Poitiers en train à grande vitesse. Une bonne claque aux langues de vipère qui osent s’appuyer sur les chiffres de l’INSEE pour dire que depuis mars 2008, le chômage en Haute Vienne est passé de 6,3% à près de 11% ; soit une augmentation de 75% en 6 ans.

OUI nous sommes enthousiastes de constater à quel point votre vision futuriste de notre ville est porteuse de rêves, nous voyant déjà reliés par voie express de l’Espagne à l’Oural mais non sans avoir préalablement accueillis la coupe du monde de football dans un stade flambant neuf, quoi qu’un petit peu SOUS dimensionné finalement ! Bon certes, il coûtera un tout petit peu plus cher que prévu à l’origine, mais quand on aime, on ne compte pas même si les archéologues du 3ème millénaire se questionneront longtemps sur la présence d’une telle arène dans la capitale limousine ! Certes également, le projet LGV est agonisant. La faute au rapport du vilain Mr. DURON et des non moins tristes sires de la commission mobilité 21, quelle ingratitude ! Et comme malheur ne vient pas seul, voilà que le ministre des transports, Mr. CUVILIER annonce le versement d’un milliard en 10 ans pour les infrastructures du POLLT. Heureusement, 14 conseillers sur 55 du conseil municipal qui ont voté la motion en faveur de l’adhésion à Urgence POLLT le 14 octobre 2013, permettront de laver cet affront.

Oui, à n’en pas douter, il faudra bien une place ou une avenue pour porter votre nom en souvenir de tout ce que vous avez pu apporter à Limoges, et particulièrement à ses infrastructures de services publics. Il nous tarde de pouvoir profiter du bassin aqua récréatif, dont la gestion par la société Vert marine en lieu et place des personnels compétents, diplômés de notre agglomération, ne fera pas la part belle aux actionnaires sans scrupules. Vous avez été clairvoyant de ne pas vous arrêter aux quelques rumeurs qui courent sur les généreux et compétents dirigeants de cette entreprise, allant jusqu’à leur concéder également le marché de la patinoire olympique. Ils recevront donc d’ores et déjà 250 000 euros pour les aider à supporter sur 6 mois le manque à gagner occasionné par l’activité des clubs de glace… 250 000 euros, c’est à dire exactement la moitié du montant de la caution qui leur a permis d’échapper à la prison préventive en décembre 2012.

Enfin, Monsieur le maire, disons le clairement, vous êtes un véritable modernisateur du service public ! Le concept est révolutionnaire : tu payes 3 fois : une fois pour construire le bâtiment, une fois pour verser des subventions à la société qui gère l’installation et une troisième fois pour que les clubs utilisateurs puissent honorer leurs factures de location du bassin ou de ligne d’eau à la société Vert marine.

Ce n’est pas rien de le dire, une mandature qui débute en 2008 en même temps que la crise économique mondiale et qui se termine en 2014, par une crise comique et conjugale rue du Cirque, tout un symbole ! Mais comme dirait l’autre, « cela ne nous regarde pas ! » Pas plus d’ailleurs que les mesures gouvernementales qui vont suivre, des milliards qui se rajoutent à d’autres milliards offerts gracieusement au patronat le plus fortuné, le tout ponctionné sur les contribuables et les consommateurs. 20 milliards en cinq ans au nom du crédit impôt recherche de Sarkozy, 13 milliards puis 20 milliards d’impôt compétitivité et emploi par François Hollande, auxquels vont s’ajouter maintenant 30 milliards d’exonération de cotisations familiales. « Cela ne nous regarde pas » non plus puisque le Président vient d’annoncer un recours aux ordonnances pour les prochaines réformes du gouvernement, c’est à dire le moyen de gérer les affaires du pays en se passant de l’approbation des élus de la Nation – y compris les élus de sa propre majorité.

A n’en pas douter, les racines limousines du président Hollande ont du avoir écho de votre velléité de ne pas laisser faire pareille chose, monsieur le maire qui êtes également député. Il vous coupe donc ainsi le micro et le vote de surcroît, vous empêchant ainsi de dénoncer celui qui s’est fait élire à gauche pour faire immédiatement une politique de droite. Mais connaissant votre pugnacité et votre sens du dévouement, vous trouverez bien d’autres stratagèmes avec vos collègues du département et de la région pour contre carrer de si mauvais plans.

Nous ne voudrions pas oublier non plus les élus de l’opposition. Vous partagez avec nous ce qualificatif « d’opposition » à l’exception notable que nous en occupons la partie de gauche, c’est à dire son aspect social et solidaire, alors que vous en assumez pleinement la partie de droite, libérale et sécuritaire. Vous avez été bien plus perspicaces que nous dans le constat positif de la majorité actuelle, puisque vous en avez défendu avec diligence et loyauté la plupart des grandes actions. Que ce soit sur la LGV, le grand stade ou les délégations de services publics, vous avez su montrer à quel point l’osmose était parfaite avec vos prétendus adversaires. Ce ne fut pas notre cas et à notre décharge, de vieilles habitudes marxistes nous aveuglaient encore, essayant de nous persuader qu’il y avait une différence entre une politique dite de gauche et une politique de droite. Mais débarrassées de toutes vérités dogmatiques vous avez ainsi démontré l’union sacrée avec la majorité pour l’intérêt de notre ville.

Seule critique à votre égard, la petitesse de vos ambitions à l’image de cette minuscule tour avec restaurant panoramique, en place et lieu de la caserne Marceau, ou des quelques policiers supplémentaires que vous réclamez pour la sécurité de nos concitoyens. C’est quand même petits joueurs vous ne trouvez pas ? Une tour, un restau et des shérifs et pourquoi pas un Calamity village pendant que vous y êtes ?!! Ah non, c’est vrai, ce projet est devenu réalité, un chef d’œuvre architectural, social et culturel à mettre également au bilan de la majorité sortante, mais là aussi, avec votre soutien actif.

En même temps, vous partagez tellement de choses depuis si longtemps. En France plus de 9 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, dont 3 millions d’enfants. C’est le bilan d’une même politique économique qui est menée depuis des décennies. Quand c’est la droite qui la mène, le parti socialiste hurle et quand c’est le parti socialiste qui la mène la droite dit qu’il en faut encore plus. A l’image du million d’emplois annoncés par Gattaz fils si on baisse les cotisations sociales comme le préconisait Gattaz père. Rappelez vous en 1986, sous la houlette de Philippe Seguin, la suppression de l’autorisation administrative de licenciement qui devait créer 470 000 emplois, il n’y en a eut évidemment aucun. Quant à la baisse de la TVA sur la restauration qui a fait perdre 3,2 milliards de recette à l’Etat, elle n’a pas créé la moitie des emplois attendus … et les estomacs ne sont pas plus remplis pour autant.

Vous l’aurez compris cherEs collègues, nous qui avons tant appris avec vous, mais eu si peu l’occasion de nous hisser à un tel niveau de compétences, d’émancipation et d’intelligence, il nous reste quelques délibérations avant de tirer notre révérence. Chapeau bas tout de même pour avoir su transformer un triste conseil municipal en une si belle chambre d’enregistrement !

Lundi 3 février 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.