Le soutien de Benoît Brulin, militant écologiste et associatif, ex porte-parole d’EE-LV

benoitMilitant écologiste et associatif, ex porte parole Europe écologie les Verts, conseiller municipal à Javerdat, je soutiens la liste Limoges Terre de Gauche pour de multiples raisons.
De tous les combats anti-LGV et pour une amélioration rapide de la ligne POLT je (on)ne peux rester inactif face à ce projet aussi couteux pour le contribuable, qu’inutile à la majorité de la population. J’appelle donc à faire barrage au Maire de Limoges porteur de ce projet qui grève les finances de la ville ( du département et de la région) et empêchera de nombreuses autres actions vraiment utiles à la population.
Je constate également que les écologistes et les militants du Front de gauche se retrouvent très souvent sur de nombreux projets et manifestations d’où sont absents les socialistes (luttes contre l’extension de porcheries et l’agriculture industrielle, retraites, Notre dame des landes, projets inutiles, aides aux sans papiers qui ont fui les exactions ou la misère dans leurs pays etc…). Je n’ai par ailleurs trouvé aucun point incompatible avec les valeurs écologistes dans le programme de Limoges Terre de Gauche. Il pourrait être porté sans problèmes par une liste écologiste.
De tout temps les écologistes ont lutté contre le cumul des mandats, y compris dans le temps. Comment comprendre une telle captation du pouvoir par une même personne (24 ans tout de même, 30 si Alain Rodet est de nouveau élu)? L’expérience montre qu’elle entraine la mise en place de systèmes de copinage, de clientélisme et sclérose les collectivités. Celles-ci se retrouvent incapables d’avoir un œil critique et d’imaginer des solutions novatrices. Ce qui permet d’avancer c’est la remise en cause permanente, l’écoute de la population et de toutes les idées, le travail collaboratif, pas la main mise sur le pouvoir. A 70 ans, ne serait-il pas temps de passer la main ? L’avenir ne se prépare pas avec des gens du passé.
Les écologistes et le Front de gauche se retrouvent également sur le rejet des partenariats publics privés et des Délégations de services public (comme pour le Centre aquatique, le stade de Beaublanc, la LGV..) qui reviennent à confier l’avenir des collectivités aux multinationales et à assurer une rente garantie à des investisseurs dont la rentabilité financière maximale est le seul objectif. Cela au détriment des finances publiques.
Enfin, pour un écologiste dont la lutte contre le pouvoir de la finance, le libéralisme économique, les paradis et la fraude fiscale sont des combats de tous les jours, il est impossible de voter pour quelqu’un qui ne veut pas signer la charte Anticor.

(1 commentaire)

    • Brulin Bernard on 20 mars 2019 at 21 h 36 min
    • Répondre

    Pour moi l’écologie se fera avec la responsabilité du peuple autant que politique, comme disait un illustre personnage: avant de penser ce que le pays peut faire pour toi pense à ce’ que tu peux faire pour ton pays ,mais aussi le monde doit agir et non se satisfaire de changer de pays, chacun doit être responsable, et non attendre, seulement, pour migrer là ou le peuple à travaillé durement pour mieux vivre,ne pas toujours attaquer la richesse qui est facteur d’emplois, ne pas vouloir toujours courir après les prix bas, penser à la qualité du produit ,et comment il a été fabriqué, être vigilant contre les publicités mensongères, et les achats sur internet, attrape nigauds., la solidarité oui le laxisme et l’assistanat pas bon. oui à un gouvernement de salut publique pour la planète. on ne refera pas le monde par insoumission, et l’anarchie.

Répondre à Brulin Bernard Annuler la réponse

Votre adresse ne sera pas publiée.