Le nouveau rapport des forces

Depuis dimanche, la droite est en mesure de prendre la mairie. La poussée du Front national est également préoccupante dans le paysage politique local. L’effondrement de la majorité municipale sortante est un carton rouge à la politique du gouvernement Hollande-Ayrault et à celle de ses responsables locaux.

En revanche, le bon résultat de Limoges Terre de Gauche montre l’exigence d’impulser d’autres choix pour la cité, répondant aux urgences écologiques, sociales et démocratiques.

Nous voulons que nos électeurs et notre programme soient justement représentés, et nous ne voulons pas que la droite gère la ville comme elle a géré le pays sous Sarkozy. Comme le mode de scrutin actuel ne permet pas une juste prise en compte du vote des électeurs (puisque la liste arrivée en tête obtient déjà la moitié des sièges), nous avons accepté une fusion technique de liste conformément aux engagements du premier tour.

Treize de nos candidats Limoges Terre de Gauche y sont en positions éligibles et formeront le groupe d’opposition de gauche dans ce conseil municipal.

Cette « fusion » ne signifie donc aucunement adhésion à la politique menée par le gouvernement ou par l’équipe municipale sortante à Limoges.

Le nouveau rapport des forces politiques issu des urnes nous a déjà permis de gagner :

la liberté totale de vote sur TOUS les sujets pour l’ensemble des élus issus de Limoges Terre de Gauche (ce qui signifie que nos élu-es voteront uniquement en fonction de notre programme)

– l’engagement écrit de la mise en place de la gratuité des transports publics urbains sur l’ensemble de l’agglomération au plus tard en 2016 (il s’agit de l’une des propositions majeures de notre programme).

l’engagement à défendre la rénovation du Paris-Orléans-La Souterraine- Limoges- Toulouse, auquel la ville avait renoncé pour défendre la LGV Limoges-Poitiers. Bien évidemment nous continuons notre combat contre ce barreau auquel nous restons opposés.

Dans le même temps nous continuerons à nous battre pour la mise en œuvre de l’ensemble de notre programme: reconquête et développement des services publics et refus de toute gestion par des multinationales du privé ; TRAMLIM; une autre réforme des rythmes scolaires; des comités de quartiers vraiment démocratiques dotés de budgets participatifs; mise en place d’une ceinture maraîchère et soutien à l’agriculture biologique …

C’est ainsi que nous pouvons faire échec à la droite à Limoges, sanctionner la politique du gouvernement et de la majorité municipale sortante et redonner des couleurs à la Gauche !

La parole est aux électrices et aux électeurs.

(18 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. texte clair, politiquement juste et qui lâche rien.

      • Augras on 26 mars 2014 at 8 h 39 min
      • Répondre

      Oui, tout ça est parfaitement juste et fonctionnerait si en face on avait quelqu’un d’honnête ! Mais Rodet est un fourbe et à partir du moment où il aura la majorité avec ses seuls élus, 28 élus uniquement issus de sa liste au 1er tour, il fera exactement ce qu’il veut, comme il veut…. et la fusion vient de lui apporter cela sur un plateau. Pour l’éviter environ 18 élus front de gauche aurait été nécessaires avec une petite incertitude. Là, pas de doute : il aura la majorité à lui tout seul. Avec l’obligation de compter sur les élus du front de gauche pour mener la ville tout était envisageable et faisable. Là, c’est foutu ! Même si c’est avec de bonnes intentions.

      1. Moi aussi j’aurais aimé que Limoges Terre de Gauche fasse un meilleur score. Dans les limites du bon résultat obtenu, c’est un bon accord. L’important est de tenir nos engagements, si Rodet ne respecte pas ce qu’il signe c’est son problème, pas le nôtre, nous auront les moyens politiques de faire pression sur lui. Bien sûr, si après les élections chacun rentre chez lui, c’est foutu.
        Le choix du second tour n’est pas entre « gagner » et « faire confiance à Rodet ». Il est entre « attendre 2020 pour reproposer notre programme » et « se mettre en situation de se battre pour avoir la gratuité des transports, la rénovation du POLLT et tout ce qu’il sera possible d’avoir ».
        L’honnêteté de Rodet n’a aucune importance dans l’histoire. S’il n’applique pas notre programme ce sera d’ailleurs plutôt de la stupidité, c’est le seul truc qui puisse sauver son bilan.
        Encore une fois, focaliser sur Rodet c’est raisonner comme lui : faire de la politique une question de personne. Or, il est tellement insignifiant que le fait qu’il soit maire ou pas n’a en soi aucune importance. Il faudrait arrêter de lui donner de l’importance en en faisant un objet de débat.

          • Augras on 26 mars 2014 at 12 h 35 min
          • Répondre

          Ce score est plutôt pas mal et dans tous les cas bien supérieur à ce que beaucoup pensaient ou escomptaient, y compris au sein du front de gauche.
          Mais sur rodet il ne faut pas se tromper : il est le chef et veut le rester. Rien de litigieux n’est publié, diffusé à la radio ou à la tv sans son aval. Et dans le cas contraire ça fait très mal ! Malheureusement il n’est pas insignifiant et la politique à Limoges est bien une affaire de personne.
          Ce n’est pas lui qui aurait dû mener la liste PS mais Vareille. Mais ce dernier a eu le malheur de laisser filtrer trop tôt au goût de M rodet : coup de colère et relégué en un peu plus loin dans la liste. Et ça ce n’est rien du tout mais très symptomatique de la façon de fonctionner du monsieur.
          Il n’en a rien à faire de faire le contraire de ce qu’il a écrit ou signé : Hollande le fait bien.
          Ce n’est pas lui donner de l’importance que de parler de lui. Le système rodet existe bien et c’est le sien, on n’y peut rien. C’est le sous-estimer dangereusement que de ne pas le prendre en compte.

        • jacques B du 87 on 26 mars 2014 at 9 h 53 min
        • Répondre

        comme toi, avec un tel personnage, il faut s’attendre à tout, et il sait que même si il sauve sa mairie encore cette fois-ci, c’est la toute dernière fois, le prochain coup la loi anti-cumul s’y opposera de toutes façons.
        Il aime à se décrire comme un vieux sanglier, (cherche-t-il à gagner les voix des amis des animaux ?). En tous cas, tous les chasseurs savent que c’est quand la fin est là que le sanglier est le plus dangereux.
        Cette « fusion » que beaucoup risquent d’interpréter comme un calcul politicien ou pire encore, ne s’agirait-il pas d’une dernière tentative, une sorte de coup de grâce contre la démarche Terre de Gauche en Limousin.

        • Alain Bertrand on 26 mars 2014 at 10 h 03 min
        • Répondre

        Complètement d’accord avec Augras. Le plus grave étant que nous connaissions parfaitement le personnage. Il n’y aura qu’une voix Limoges Terre de Gauche (si tout se passe bien, si ça se passe mal, il n’y en aura aucune) ce qui aurait été le cas à 5 ou 6 comme à 13. De plus, il y avait l’espoir de transformer l’essai au 2nd tour (entre autres avec l’appui de LO dont je doute cette fois-ci).

      2. Pour que Rodet et les « siens » aient la majorité (28 élus) il faudrait
        41 élus au moins pour la liste Terre de gauche et Rodet soit 47% des voix au second tour et avec 3 listes cela parait peu possible, mais vivement la proportionnelle qui éviterait de telles fusions.

          • Augras on 26 mars 2014 at 12 h 12 min
          • Répondre

          L’alliance avec le front de gauche donne à la liste menée par rodet la possibilité d’être plus proche des 60% que des 50 . Tous ceux qui n’ont pas votés dimanche dernier ou qui ont voté FN, pour une très large part par sanction envers le PS et le système rodet, vont se reprendre dimanche prochain et l’éventualité que la droite passe est pour moi parfaitement évacuée. C’est le calcul de rodet et je pense, pour une fois, qu’il a raison. D’ailleurs sont excellentes bonne humeur sur france3 est un très bon indicateur, même si je la trouve déplacée.
          Je croise les doigts pour que la liste n’est que 40 sièges : là il y aura de quoi faire passer les choses.
          Ce n’est pas une victoire que d’obtenir la liberté de parole et un vote autonome : de fait on les prend et pas besoin d’autorisation pour ça.
          Heureusement pas de participation à l’exécutif. A guéret ça n’est malheureusement pas le cas !

    • rouffanche bernard on 26 mars 2014 at 0 h 37 min
    • Répondre

    oui camarades dimanche ont vote nul oui a la retraite a 60 ans

    1. Quelle est donc la seule force politique, minoritaire certes par le choix des électeurs, qui se bat pour la retraite à 60 ans, camarade ?

    • jacques B du 87 on 26 mars 2014 at 9 h 34 min
    • Répondre

    Jean-Luc Mélenchon, au soir du 23 mars avait déclaré : « je demande à mes amis dans tout le pays, de réserver aussi longtemps que possible leur décision pour le deuxième tour » … « En effet, le parti socialiste, dans de nombreuses communes, n’a ni l’intention d’organiser la juste représentation de nos électeurs dans les conseils municipaux, c’est à dire prendrait la décision de ne pas faire de fusion technique, et ailleurs, dans certaines communes, il compte se maintenir au deuxième tour, contre des listes arrivées en tête du Front de Gauche, de manière à bénéficier, espèrent-ils, des voix de droite pour nous faire battre. »…
    Puis : « Donc, je demande à mes amis de faire attention, de ne pas penser qu’à eux localement, mais de penser à l’ensemble de la gauche dans le pays. »

    Alors ?
    13 conseillers, oui, si la liste est élue. Et combien si la ville bascule à Droite ?

    Pourquoi n’avoir pas écouté Jean-Luc et réserver la réponse le plus possible, pour servir de point d’appui pour notre position à Grenoble.

    Vous pensez avoir arraché Limoges des griffes de l’UMP, d’abord, ce n’est peut être pas gagné, mais surtout, quel beau résultat si c’est pour offrir Grenoble à l’UMP qui n’ y croyait même plus ! Et cela au prix de notre plus beau résultat du premier tour.

    Un dernier point parce qu’il est évident qu’après un recul de 26 points (d’ailleurs n’est-ce pas là un record national ? ça vaudrait peut être le coup de regarder) Rodet n’avait absolument plus rien à nous refuser, il n’avait plus d’autre choix que de tout accepter. Dans ce cas, nous qui sommes farouchement contre le cumul des mandats, lui qui a bien sûr voté la loi, après s’être tellement battu contre l’interdiction par le passé, n’était-il pas possible de lui dire qu’il avait déjà dépassé les bornes, que trop, c’était trop, et qu’il devait laisser immédiatement la place. Après un tel désaveu, il devait d’abord s’engager à se retirer personnellement de la liste à constituer en cas d’accord.

    J’ai bien entendu ceux qui m’ont dit que ses anciens électeurs qui s’étaient abstenus l’avait fait juste pour l’empêcher de passer dès le premier tour, panpan-cucu en quelque sorte, mais qu’ils répondraient présent Dimanche prochain, sans coup férir. Dans ce cas, il était où le danger de prise de la ville par la droite ? en tout cas, je le maintiens, je suis bien moins optimiste que vous sur ce sujet.

  2. je m’interroge pour ma part. Quand on disiez avant le premier tour sur le site limoges terre de gauche « qu’on ne peut voter pour une liste qui n’a pas signé la charte anticor » et quand même temps vous vous retrouvez au second tour avec des personnes qui pratiquent le cumul des mandats. Il y a la une lisibilité pour le citoyen de base qui va forcement se demander pourquoi voter pour un changement qui risque de ne pas en être un…De plus La droite aura la un bel argument pour se payer la tête de la gauche en général ce que je regrette pour notre camp.En voyant cela j’ai un peu l’impression d’être le spectateur du suicide de la gauche anti austeritaire, qui ne peut aller de paire sans des changements de têtes significatifs.
    cordialement Philippe

    • jacques B du 87 on 26 mars 2014 at 15 h 54 min
    • Répondre

    Au fait, du fond de ma campagne, je n’arrive pas à avoir de nouvelles d’Ambazac, quelqu’un a-t-il des nouvelles ? J’ai acheté l’Echo, sans doute pour la dernière fois, rien sur Ambazac, le PS maintient-il sa liste ? Que la liste Ambazac Terre de Gauche soit arrivée en tête au premier tour, c’est trop petit pour traiter l’évènement ? Et qu’est-ce qui est trop petit dans l’histoire la ville ou l’évènement ? Et dire qu’on m’a tant sollicité pour soutenir ce « seul journal garant du pluralisme », excusez-moi, camarades, il se reconnaîtront et je vais leurs faire de la peine. Mais le numéro du samedi 22 mars, dans sa grande série rétrospective des municipales, de Longequeue à Rodet qui est une reprise de numéros anciens, regardez la page « 5 » de cette série, extraite de l’écho du 22 décembre 2013, relisez là, aussi bien l’article lui-même que cette comparaison, sur 4 colonnes, des programmes en Lice. dans mon entourage, certains m’en ont parlé, ils m’ont dit qu’ils ne voyaient pas tant de différence que ça, que dans le programme de Rodet, on parlait de faire venir des entreprises, etc … Un vrai travail de journaliste ? une recherche des changements possibles, réels, à détecter derrière les programmes ? NON, juste un banal résumé. Jean-Luc a raison, les médias travaillent de moins en moins. L’Echo comme les autres.

    • Pierre-Jean on 26 mars 2014 at 19 h 58 min
    • Répondre

    Si j’ai bien tout compris, il faut que la liste passe, mais tout juste pour que le PS ne soit pas majoritaire sans le Front de Gauche. La stratégie est donc de voter blanc, en faisant le pari que tout le monde ne fera pas cela pour que la liste passe quand même devant la droite. Subtile…

      • Augras on 27 mars 2014 at 8 h 12 min
      • Répondre

      Dans l’idéal c’est effectivement ça ! Pas facile je le reconnais.

    • Lajaumont Stéphane on 26 mars 2014 at 20 h 52 min
    • Répondre

    Bien sûr que c’est le dernier tour de piste d’un Rodet très fatigué et c’est tant mieux ! Mais les camarades de Limoges Terre de Gauche ont eu raison d’opérer cette fusion. Pour trois raisons au moins.
    Tout d’abord parce que mettre l’avenir des habitants de Limoges entre les mains d’une droite de plus en plus extrêmisée sous pression du FN, ne serait pas un acte politique neutre.
    Ensuite parce que cette fusion n’engage aucunement à une solidarité de gestion avec l’équipe PS, puisque nos élus auront une totale liberté de vote. C’est bien le programme de Terre de Gauche que les élus de la liste Limoges Terre de Gauche continueront à défendre ; et que plus on est nombreux à le défendre, mieux c’est ! Mes camarades de la gauche anticapitaliste élus dans l’assemblée sortante savaient combien il était difficile, à deux, de faire entendre une parole alternative, de gauche et sans concession avec le libéralisme, et de diffuser ensuite cette parole dans tous les quartiers.
    Enfin, parce qu’ils s’inscrivent totalement dans la continuité de Limousin Terre de Gauche, sans rien en renier. En 2010, nous avions accepté la fusion avec la liste majoritaire en exigeant la liberté totale de vote : et c’est ce point que le PS de Haute-Vienne avait refusé, montrant son vrai visage antidémocratique. C’est la raison pour laquelle nous nous étions maintenus. Aujourd’hui,le PS est à la rue et n’a même pas été en mesure de refuser cette liberté de vote. Alors oui, il était raisonnable de sanctionner un rapport de force nouveau.
    Bien évidemment je comprends l’ensemble de ceux qui auraient aimé la défaite immédiate de Rodet : l’arrogance du bonhomme, son usure politique, ses projets imbéciles (LGV, Grand stade), ses concessions au privé… Mais la liste Limoges Terre de Gauche n’est pas arrivée en tête… et le mode de scrutin privilégie la liste qui arrive en tête au second tour (puisque ce mode de scrutin, marginalement proportionnel, n’est pas démocratique).
    Le meilleur moyen pour faire exploser ce système et cette orientation politique qui tournent le dos aux intérêts du plus grand nombre, c’est bien de faire en sorte que, dimanche soir, Limoges Terre de Gauche ait le maximum d’élus…
    Dans une république dont les institutions ne sont pas démocratique, le chemin est difficile pour imposer cette démocratie : le rapport de force social, dans la rue… ET en saisissant tous les moyens permettant de faire changer également les rapports de force dans les institutions.
    Stéphane Lajaumont, conseiller régional Limousin Terre de Gauche.

      • Augras on 27 mars 2014 at 8 h 26 min
      • Répondre

      Je comprends parfaitement tout ça.
      Mais pour moi le contrat de base pour la fusion technique n’a pas été respecté !
      Il était convenu entre autres :
      – Mise en œuvre les points essentiels de notre programme
      – Que les propositions des autres formations participant à la fusion ne leur porte pas contradiction.
      Si ces conditions ne sont pas acceptées nous nous maintiendrons au 2ème tour.
      Et les points essentiels du programme
      – Oui au POLT et non à la LGV Limoges-Poitiers
      – retour en régie publique d’équipements publics aujourd’hui en DSP
      – mise en œuvre de la gratuité du transport public collectif.

      Le terrain était clairement balisé et la voie parfaitement tracée : pour moi le compte n’y est donc pas.

      Et je ne parle pas des conditions de la « consultation » des militants : l’urgence était toute relative puisque que le lundi soir à 21h il restait vraiment encore pas mal de temps.

    • françoise presset on 27 mars 2014 at 10 h 50 min
    • Répondre

    Cette décision n’a pas fait l’unanimité ; loin s’en faut, mais elle a été largement et vigoureusement débattue avant d’être prise, en considérant les arguments développés ici dans les commentaires, par ses tenants comme par ses opposants, et ailleurs quand on discute avec nos camarades et nos électeurs. Maintenant qu’elle est prise, à nous tous de faire en sorte que ce soit la meilleure :l’expliquer et continuer à nous battre sur tous les terrains, au plan national comme au plan local : il est évident que notre seule présence au conseil municipal n’arrachera à Rodet ni même le transport gratuit promis, ni son corollaire le tramlim, ni le reste de notre programme. Ce sera un terrain de lutte supplémentaire (et pas nouveau). Enfin, ne lui laissons surtout pas la dépouille de Terre de Gauche…Il est défait, la politique libérale menée par le PS est désapprouvée, soyons là pour le lui rappeler pendant tout son mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.