Conseil Municipal du 31 mai 2018

Le conseil municipal du 31 mai s’est, une fois de plus, distingué par sa brièveté. Comme les fois précédentes, les débats ont principalement porté sur les différents vœux et motions présentés en début de Conseil.

Trois vœux différents mais comparables, portant sur la disparition programmée du Rectorat de Limoges ont été proposés par le groupe Limoges Terre de Gauche, par le groupe PS et par le groupe majoritaire.
Un rapport de l’Inspection générale de l’Education nationale propose de réduire le nombre d’Académies à 13, c’est à dire au nombre de régions définies depuis la réforme territoriale, par la fameuse loi NOTRe.
Le vœu du groupe LTG dénonce les risques de suppressions d’emplois, voire de classes ou d’écoles que provoqueraient inévitablement cette « mutualisation ». Il a été adopté à l’unanimité (moins les voix du FN qui s’est abstenu).
– Le vœu du groupe majoritaire réclamait également le maintien du Rectorat de Limoges, mais ajoutait une demande similaire concernant la « Cité des métiers » de Limoges dont l’avenir s’écrit en pointillé après la fusion des régions et la création de la Nouvelle Aquitaine. Le groupe PS a voté contre sous prétexte que cette dernière demande ne s’adressait pas au même interlocuteur.
– Le vœu du PS a été voté par ce groupe et le groupe LTG, la majorité votant contre.
Le groupe LTG a voté les 3 vœux après avoir déploré que sa proposition de faire un
vœu commun n’ait pas été retenue.
Le groupe PS a également proposé un vœu sur le maintien de la gratuité de l’A20, qui a été adopté à l’unanimité.

Le groupe LTG a voté contre la motion présentée par la majorité, qui soutenait une initiative privée pour la construction d’une autoroute à péage pour Limoges-Poitiers. Les élus LTG ont ironisé sur un énième projet ressorti des cartons, refusent de racketter un peu plus les automobilistes et se prononcent pour des aménagements immédiats sur les parties les plus accidentogènes du tracé avant éventuellement une mise à 2X2 voies gratuite.

Enfin un dernier vœu présenté par le groupe LTG, en soutien à la mobilisation des cheminots pour le service public ferroviaire, rappelait la richesse du patrimoine ferroviaire constitué autour des gares de Limoges, et appelait au maintien et au développement d’un véritable service public ferroviaire. Soutenue par le groupe PS, cette motion a été refusée par la majorité et le groupe FN.

Une délibération portait sur le Contrat financier que la ville est sommée de signer avec l’Etat. La ville s’engage par ce « contrat » à ne pas dépasser 1,2% d’augmentation de dépenses de fonctionnement, inflation comprise, sur 3 ans. Pointant du doigt un marché de dupes que la municipalité aurait pu et dû refuser, Gilbert Bernard et Danielle Soury ont tour à tour dénoncé un véritable diktat qui met en cause la libre administration des collectivités et se traduira immanquablement par
des coupes sombres dans les prochains budgets. Lire leurs interventions ici et ici.

Une délibération sur un partenariat entre les villes de Bellac, Limoges, Saint-Junien et Saint-Yrieix fut l’occasion pour Frédéric Chalangeas de plaider à nouveau pour la gratuité de l’accès à la culture.

Il a été demandé aux élu-e-s d’approuver le « Projet Régional de Santé Nouvelle Aquitaine 2018-2028« . Le groupe LTG n’aurait pu que souscrire à ce document de 300 pages, mais la faiblesse des moyens alloués réduit ce projet à un simple catalogue de bonnes intentions, comme l’a fait remarquer Gilbert Bernard.
Frédéric Chalangeas a insisté sur un point de ce PRS, intitulé « Agir sur le logement » et déploré que ne soient pas prises en compte les personnes qui en sont dépourvues.
Il en a également profité pour rappeler que le collectif Chabatz d’Entrar a investi les anciens locaux du CRDP pour mettre en sûreté des familles à la rue.
Le groupe LTG a voté contre cette délibération.

Danielle Soury parvint aussi à glisser quelques questions concernant la suppression programmée des ateliers périscolaires à la rentrée prochaine, ce qui a permis d’apprendre que le nouveau règlement sur ce sujet serait sans doute à l’ordre du jour du prochain conseil municipal.

Lire les commentaires de la presse.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.