Déc 01

Conseil Municipal du 24 novembre 2015

Vous trouvez ci-dessous les interventions des élu-e-s Limoges Terre de Gauche lors du Conseil Municipal du 24 novembre 2015.

Après une minute de silence en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, Le conseil municipal a débuté dans une atmosphère grave et digne. Celle-ci a toutefois été de courte durée, le maire retombant très vite dans ses travers  et une attitude provocante et  souvent déplacée vis-à-vis de son opposition. Il a ainsi tenté –en vain- d’interrompre les interventions des élu-e-s Terre de Gauche portant sur le barreau LGV Limoges-Poitiers et l’ouverture des magasins le dimanche, prétextant que certaines considérations nationales n’avaient rien à voir avec le dossier. Comme si parler du rapport Duron ou des « macronades » n’étaient pas justifié dans ces cas. Il a par ailleurs plusieurs fois refusé de donner la parole aux élus socialistes, prétextant là encore que leur intervention n’avaient rien à voir avec à l’ordre du jour.  Colérique, de mauvaise foi, monsieur Lombertie reste fidèle à lui-même…

Que retenir au final ? :

LGV-NBLa « Convention de financement des études post-DUP » de la LGV Limoges-Poitiers. La ville de Limoges devra ajouter 2 millions € supplémentaires, ce qui ne fait aucunement hésiter les élu-e-s du groupe Majoritaire, PS et FN. Seul le groupe Limoges LTG votera contre cette délibération. Lire ici l’intervention de Gilbert Bernard.

 

Dimanche-faujourLa question de l’ouverture de commerces de détail les dimanches a donné l’occasion à Danielle Soury de rappeler l’opposition totale du groupe Limoges TDG à la démolition de ce droit social qu’est le repos dominical.

 

Le groupe Limoges TDG s’est abstenu sur le passage en « régie autonome » de l’Opéra de Limoges (qui fonctionnait jusqu’alors en « régie directe ». Lire ici l’intervention de Frédéric Chalangeas.

ruban blancM. Lombertie a conclu ce conseil municipal en rappelant que le lendemain était la journée nationale contre les violences conjugales, raison pour laquelle les élu-e-s de la majorité municipale arboraient un ruban blanc (fabriqué par les services de la Mairie) à la boutonnière. Il a ensuite mis fin à la séance, ignorant la demande de prise de parole de Frédéric Chalangeas, qui s’apprêtait à poser la question suivante :

« M. le Maire, si la question de la lutte contre les violences faites aux femmes vous préoccupe en cette journée précise, ne pourrions-nous pas revenir sur la décision prise il y a quelques mois de baisser drastiquement la subvention accordée à l’association AVIMED dont c’est la préoccupation et le travail quotidiens ? »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.