Conseil municipal du 22 octobre 2019

La question orale posée par le groupe « Bleu Marine » au début de ce conseil municipal demandait au Maire s’il avait déjà constaté des signes de radicalisation islamiste rampante parmi le personnel communal, et l’enjoignait à s’adresser à l’ensemble des services, pour encourager chacun à accomplir son « devoir civique », c’est à dire à dénoncer tout comportement douteux, tel que le refus de serrer la main à un collègue féminin, un changement vestimentaire, etc…
Ajoutant que « Les médias mainstream culpabilisent les citoyens dès lors que l’on dénonce des faits inquiétants ou regrettables commis par des musulmans où des personnes issues de l’immigration », cette question publique du groupe RN pouvait tomber sous le coup de la loi. Dénoncée par M. Amrouche du groupe majoritaire, ainsi que par les groupes LTG et PS, cette question aurait pu faire l’objet d’une dénonciation de l’ensemble du conseil municipal. Le Maire s’y est refusé, se réfugiant derrière les paroles attribuées à Voltaire (« je ne suis pas d’accord avec vous, mais me battrai pour que vous ayez le droit de le dire…).

Rappelons que M. Lombertie a été élu en 2014 grâce à l’apport de voix FN et qu’il a confié aux élus de ce parti la présidence d’un groupe de travail sur les associations qui depuis s’est réuni…trois fois (ce dont nous ne nous plaindrons pas) !
En veine de citations ce soir-là, M. le Maire en a égrainé le dictionnaire, citant pêle-mêle Voltaire, De Gaulle, Gandhi et Ferry (non pas Jules, mais Luc Ferry, l’homme prônant l’utilisation des balles réelles lors des manifestations de gilets jaunes).

Après avoir voté contre les budgets supplémentaires de l’année 2019, le groupe LTG s’est exprimé sur le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) par la voix de Gilbert Bernard. Constatant la baisse des sections fonctionnement et investissement qui conduira inéluctablement à une nouveau recul de services rendus à la population l’élu LTG dénonçait des orientations budgétaires loin d’être à la hauteur des enjeux du moment (transition écologique, croissante paupérisation de la population, perte du statut de capitale régionale). Lire ici l’intervention de Gilbert Bernard.

Le dossier du « renouvellement urbain » fut pour Danielle Soury l’occasion de plaider pour l’implication des habitants des quartiers dans les prises de décisions les concernant, et de citer elle aussi Gandhi : « Tout ce que vous faites pour nous, sans nous, vous le faites contre nous ». Après une longue explication plus que vaseuse de Mme. Mauguien-Sicard, celle-ci a fini par lâcher le morceau:  » Il y a bien sûr des réunions avec les habitants des quartiers… notez bien que les élus n’y participent pas… ce sont des cabinets d’étude qui s’occupent de ça… » On a compris. Lire ici l’intervention de Danielle Soury

L’annonce de la mise en place d’une navette gratuite reliant les grands parkings de Limoges permit à Danielle Soury de revenir sur la nécessaire gratuité des transports urbains. C’était l’un des axes principaux de la campagne du groupe Limoges Terre de Gauche lors des dernières élections municipales. Il s’agit plus que jamais d’un enjeu central sur le plan social et écologique. Des grandes villes ont déjà fait ce choix et s’en félicitent. Lire l’intervention de Danielle Soury.

Lire les commentaires de la presse

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.