Nov 23

Conseil Municipal du 16 novembre 2017

Une fois n’est pas coutume, le  Conseil Municipal du 16 novembre s’est ouvert de belle manière avec la lecture, par 4 représentants du conseil municipal des jeunes, d’extraits de la convention internationale des droits de l’enfant.

Le changement de ton fut brutal avec la question orale posée par le groupe FN, outré que l’on puisse apercevoir des drapeaux « exotiques » lors de certaines cérémonies de mariages. Le FN reste fidèle à lui-même. Par chance, ce fut sa seule intervention lors de ce Conseil.
Gilbert Bernard évoqua également une tribune frôlant la diffamation à l’égard du groupe LTG dans un récent « Vivre à Limoges ».

Le groupe LTG posa au Maire la question de l’adhésion de la ville à l’association « Urgence POLT ». Selon M. Lombertie, ce sera bientôt chose faite.

Le groupe LTG proposa alors un voeu sur le logement social et la baisse des APL.
Celui-ci fut voté après que la majorité ajoute un amendement.

 

L’autre vœu présenté le groupe et demandant à ce que le Conseil Municipal intervienne auprès du 1er ministre en faveur des licenciés de l’entreprise GM&S n’a pas été soumis au vote. D’après la majorité, cette entreprise n’a pas de lien avec les affaires communales. Pourtant, certains salariés touchés par les licenciements sont limougeauds (pour info: j’ai les noms; ils ne sont pas très nombreux mais ils sont plusieurs ! )  et de nombreuses entreprises limougeaudes sont fournisseurs de GM&S.

Le groupe a voté pour le voeu présenté par le groupe PS concernant les difficultés du groupe d’impression Rivet.

Bien que solidaires des salariés d’Eveha, le groupe s’est abstenu sur le vœu présenté à ce sujet par la majorité. Reprenant les déclarations du directeur ce cette entreprise d’archéologie préventive, ce vœu accuse sans discernement le groupe public INRAP d’être à l’origine des difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui en exonérant ainsi toute responsabilité des dirigeants d’Evéha dans la situation de l’entreprise.

Danielle Soury intervint lors du rapport de suivi 2016 du plan « Développement durable et santé ». Saluant l’initiative de la municipaltité pour une crèche sans perturbateurs endocriniens, elle a souhaité que la démarche soit très vite généralisée à toutes les crèches de la Ville et regretté que cette  excellente mesure ne s’inscrive pas dans une politique globale et cohérente de la Ville face aux grands urgences écologiques.

Gros morceau de ce Conseil Municipal, le DOB (Débat d’Orientation Budgétaire) fut l’occasion pour Gilbert Bernard d’intervenir et notamment de regretter la passivité du Maire envers le futur « Pacte financier » que l’Etat entend imposer aux collectivités locales.

Danielle Soury est intervenue sur le transfert des charges entre la Ville et l’Agglo, regrettant les querelles politiciennes qui accompagnent inévitablement ces transferts de compétences entre les deux collectivités.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.