Conseil Municipal du 12 février 2019

Au début de ce conseil municipal, le groupe Limoges Terre de Gauche a demandé à Monsieur le Maire s’il poursuivrait dans la voie de l’ouverture au débat démocratique vis à vis de la cabane des Gilets Jaunes installée sur le terrain municipal des Casseaux comme lieu de rassemblement et de dialogue.
Monsieur Lombertie avait, par le passé, rencontré des délégations de gilets jaunes et accepté de transmettre certaines de leurs revendications. Il avait également accepté de prêter, ponctuellement, une salle municipale. Cela ne l’avait pas empêché de demander à la préfecture l’évacuation du rond-point de Grossereix quelques jours plus tard. De la même manière, il a répondu que « l’installation d’une cabane sur le terrain des Casseaux est hors de question » et a ajouté que « travaillant et ayant des logements, ils sont libres de s’inviter les uns et autres pour discuter et discourir s’ils veulent se rencontrer chaleureusement. C’est ce que font les gens dans la société ».
Nous l’aurons compris : Monsieur Lombertie soutient les gilets jaunes tant que ceux-ci restent chez eux.

Le rapport sur l’égalité Femmes/Hommes au niveau local, aurait dû, légalement, être présenté avant le vote du budget, au conseil municipal de décembre 2018 donc. Assez désinvolte quant au respect des règles par lui-même, M. le Maire n’a daigné le présenter qu’en février. Bien que la municipalité se targue d’un bilan très positif de son action pour réduire les inégalités F/H, ce rapport indique que la mixité a reculé dans les filières d’emploi notamment dans la police municipale, que l’inégalité salariale entre femmes et hommes a fortement augmenté parmi les fonctionnaires cadres A,… comme la montré Danielle Soury dans son intervention.

Une grande partie de ce conseil municipal fut consacrée au commentaire du rapport de la Cour Régionale des Comptes sur la Ville de Limoges. Les anciennes et nouvelles équipes dirigeantes ont fait assaut d’interprétations et d’auto-satisfaction. Danielle Soury a rappelé que bien souvent la Cour des Comptes formule des recommandations qui procèdent moins d’une analyse objective et raisonnée que d’une vision politique et idéologique, ayant pour obsession la baisse de la demande publique. Ainsi la Cour des Comptes nationale vient de demander au gouvernement la suppression du financement des trains inter-cités… Dans la même démarche, la Cour des Comptes de Nouvelle-Aquitaine se félicite des fermetures d’écoles réalisées à Limoges et appelle à de nouvelles fermetures afin d’augmenter sensiblement la taille des écoles.

Le groupe LTG s’est abstenu sur le Plan de Déplacements Urbains. Ce plan, dont la modeste ambition est de réduire l’utilisation de l’automobile de 9 % en 10 ans, ignore totalement la possibilité de la gratuité des transports publics, choix qui a été fait par d’autres grandes villes de France. Gilbert Bernard montre les manques et les insuffisances de ce PDU dans son intervention.

Le projet de Centre Social de Beaubreuil évoque « des activités de plein air, des animations de rue, des jeux d’eau… « , Frédéric Chalangeas a rappelé que si la municipalité n’avait pas fait le choix de raser la piscine municipal de Beaubreuil, la mise en place de « jeux d’eau » ne se poserait pas ! « Détail » qui a enflammé les esprits pendant quelques minutes sur les questions de mixité des genres et de mixité sociale !  »

Lire les commentaires de la presse

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.