Conseil Municipal du 12 décembre 2018

Le groupe Limoges Terre de Gauche a ouvert la séance en proposant l’adoption d’un vœu (lire ici)
dénonçant le déploiement de force de l’ordre démesuré qui a accueilli en gare de Limoges Bénédictins le train en provenance d’Eymoutiers-Ussel le samedi 8 décembre. A bord du train, se trouvaient notamment des usagers du TER venus défendre le maintien et la modernisation de cette ligne TER en se joignant à la manifestation pour le climat qui avait lieu au même moment. (mettre comme illustration une photo de l’écho montrant ce qui s’est passé dans la gare  en renvoyant aux articles ). Le vœu évoquait le choc traumatique vécu par les enfants présents dans la gare et rappelait la justesse pour la ville de Limoges, de la cause défendue par les manifestants, alors que les alternatives à l’automobile sont plus que jamais recherchées.

Ce vœu a été vigoureusement combattu par la majorité municipale, le Maire n’hésitant pas à accuser les manifestants de «  se protéger derrière leurs enfants  ». Danielle Soury lui rétorqua  : «  Vos propos sont honteux, M. le Maire  ». Le vœu n’obtint pas plus les faveurs du groupe PS-LREM. Pour Philippe Reilhac, il est souhaitable que les enfants s’habituent le plus tôt possible au contact avec les policiers.

La majorité, qui ne s’embarrasse guère de respecter le règlement intérieur du conseil municipal, proposa au débotté un voeu reprenant la partie concernant la défense du service ferroviaire de proximité proposée par le groupe LTG. Tout en soulignant que ce vœu n’était pas présenté dans les règles, et après avoir obtenu du Maire l’assurance que la Ville de Limoges serait représentée le lendemain à la manifestation de Saillat contre la fermeture de la ligne TER Limoges-Angoulême, le groupe LTG a décidé de voter ce vœu.

Budget primitif
Le sujet principal de ce CM était l’adoption du Budget Primitif. Depuis 2015, les communes de plus 20 000 habitants ont une obligation légale de présenter, préalablement au vote du budget, un rapport sur l’égalité femmes/hommes au sein de l’administration municipale et sur tout le territoire communal. Or la présentation de ce rapport a été reportée au mois de février, au motif que toutes les informations n’étaient pas disponibles. Ce qu’a déploré Danielle Soury (lire ici), demandant des explications sur les raisons de cette situation. «  Est-ce que ce ne serait pas lié à la surcharge de travail des services du fait du passage précipité en Communauté Urbaine  ? ». Ce que le Maire a confirmé. Un dommage collatéral supplémentaire, qui a conduit la Ville à ne pas respecter ses obligations règlementaires. A la différence du passage en CU, l’égalité femmes/hommes peut donc, elle, attendre ! 

Sans surprise, le groupe LTG a voté contre le budget primitif 2019. La majorité s’obstine à favoriser l’investissement en centre ville au détriment des dépenses de fonctionnement, et donc des services à la population: lire ici l’intervention de Gilbert Bernard.

Dénomination des noms de voies : Le Maire, passant outre les votes de la commission, a choisi de nommer la nouvelle esplanade de La Bastide « place de l’Europe ». La commission avait choisi (à quatre voies contre une) « place des amitiés ». Afin de dénoncer l’inutilité de ladite commission, le groupe LTG a voté contre cette délibération.

Lire les commentaires de la presse

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.