CM du 4 juin 2019 – Compte administratif

Intervention de Danielle Soury

 

Comme chaque année, le compte administratif nous indique comment les deniers publics ont été utilisés par la Ville et comment celle-ci a trouvé les ressources finançant son action.

Du côté des recettes, les taux d’imposition n’ont certes pas été augmenté en 2018… mais les limougeauds se souviennent encore fort bien de la douloureuse addition fiscale de 2017, non remise en cause en 2018 : hausse des taux d’imposition de 7%, alors que vous aviez fait de la baisse des impôts votre principale promesse électorale !

Côté recettes à noter aussi l’importance du stationnement. C’est devenu une véritable « vache à lait ».. On atteint en 2018 au total près de 4 millions de recettes. L’occasion pour moi de réaffirmer ce que nous disions ici même l’année dernière : bien sûr qu’il faut chercher à sortir la voiture de la ville ! Mais il faut organiser, cette sortie, la planifier de telle sorte que les gens puissent avoir des solutions alternatives à la voiture individuelle et non pas seulement leur dire « Payez », sans se préoccuper du reste. Je rappelle nos propositions: sur la base de la gratuité pour tous, nous avons besoin d’un plan cohérent, simple et pratique de transports urbains, concerté avec les usagers, pour permettre à l’échelle de CU la fluidité des déplacements notamment dans la Ville centre. C’est l’intérêt bien compris de tous les usagers de notre ville, qu’ils y résident ou non. Et c’est de la sorte qu’on pourra gagner la bataille environnementale.

Côté dépenses, l’austérité continue. Les dépenses de fonctionnement ont baissé de près de 1,3 million d’€ (- 0,8%) annoncez-vous fièrement, alors que les engagements pris envers l’État était de limiter la hausse à 1,2%. On aurait donc fait mieux !

Passons sur le fait que pour près de 800 000 € soit plus de 50%, cette baisse tient aux conséquences de la loi NOTRe. Le transfert de la compétence aéroportuaire à la CU a fait que la Ville ne finance plus directement l’aéroport de Bellegarde ce qui mécaniquement réduit ses dépenses de fonctionnement d’autant. Évidemment en contrepartie les recettes en provenance de la CU ont baissé… Mais le contrat passé avec l’État est aveugle à ce genre de choses ! L’effet sera d’ailleurs encore plus marqué en 2019 avec le transfert annoncé de la compétence SDIS au département qui mécaniquement fera baisser les dépenses de fonctionnement de la Ville de près de 8 M€… sans changer d’un iota la réalité des finances municipales.

Mais la baisse des dépenses de fonctionnement s’explique aussi largement par la baisse de la

masse salariale de la Ville de près de 850 000 € ! On vous sait marcheur, Mr le maire, mais là effectivement c’est vraiment : « Merci Macron » que vous l’air que vous entonnez.

Car enfin…

la fin des emplois aidés, qu’on a déplorée ici tant elle ampute nos moyens humains, et ceux de nos associations… C’est pas loin de 300 000 € d’économie pour la Ville !

le jour de carence imposé aux fonctionnaires: c’est 100 000 € qui sont prélevés dans les poches de nos agents municipaux.…

Pour autant les services à la population se sont-ils vraiment améliorés ? Évidemment non.

Quant aux investissements: ils atteignent près de 40 Millions d’€, en hausse de plus de 40%. Ce n’est certes pas rien. Cette hausse s’explique par la montée en puissance des grands projets nous est-il dit (page 42): le stade de Beaublanc, la place de la république, le Jardin d’Orsay… On serait tenté de vous dire : la Ville de Limoges ce n’est pas que son hyper-centre ! Un peu moins de grands projets, un peu plus de préoccupation pour faire (re)vivre tous nos quartiers.  

Nous voterons contre cette délibération.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.