Juil 03

CM du 28 juin 2017 – Création d’une agence postale à Beaune-les-Mines

Intervention de Gilbert Bernard sur la création d’une agence Postale à Beaune-les-Mines

La création d’une agence postale municipale à Beaune les mines s’est faîte en catimini et nous déplorons d’en avoir été informé si tard. Puisque vous étiez au courant monsieur le maire pourquoi ne pas en avoir alerté notre conseil plus tôt, pourquoi ne pas avoir tenté de mobiliser élus et population ? Vous en aviez d’autant plus la possibilité que le contrat de présence postale territoriale, signé entre la Poste, l’AMF et l’Etat pour les années 2017-2019, prévoit que si le maire d’une commune située en zone urbaine s’oppose à la fermeture d’un bureau, la Poste doit rouvrir des discussions. Pourquoi ne l’avez-vous pas demandé ? Vous avez baissé les armes sans combattre et nous le déplorons.

En réalité la fermeture de ce bureau de Poste illustre la duplicité des politiques mises en œuvre depuis une trentaine par les gouvernements successifs qui visent à démanteler le service public au nom de la concurrence libre et non faussée et à transférer les compétences et les charges afférentes sur les collectivités locales.

La Poste que je sache même si elle est devenue une société anonyme en 2010 reste une entreprise à capitaux entièrement publics, l’Etat étant actionnaire à 70 % Etat et la Caisse des dépôts et consignations à 30 %. Mais au nom de la rentabilité financière -et de la concurrence libre et non faussée je le répète- elle privilégie aujourd’hui ses activités bancaires (la banque postale) au détriment de ses missions traditionnelles. Dans ce cadre elle cherche à se débarrasser d’un certain nombre de personnels et de bureaux. Jusqu’alors c’étaient les zones rurales qui étaient surtout touchées : avec la fermeture de l’agence de Beaune un pas de plus est franchi puisque même les zones urbaines ne sont plus épargnées.

Mais comme il est difficile de faire passer la pilule auprès des populations touchées par la fermeture la Poste se tourne alors vers les collectivités en proposant la création d’agences postales municipales. C’est ce qui s’est passé à Limoges. Une présence postale minimum sera maintenue mais c’est maintenant la municipalité qui met la main à la poche puisqu’elle fournit le local, paye les dépenses afférentes, et surtout le personnel municipal dédié. On peut noter au passage la générosité de la Poste qui versera en tout et pour tout 1.000 euros par mois (à comparer aux dépenses pour les trois postes municipaux dédiés). La différence est donc directement payée par l’argent de la commune donc du contribuable. Il faut noter par ailleurs que l’usager sera perdant en matière de service puisque les prestations offertes sont inférieures à celle d’un bureau de poste traditionnel. Cela remet ainsi pleinement en cause la gratuité du service public ainsi que le principe d’égalité républicaine quant à l’accès à ce service public.

Je crois qu’il faut être conscient de tout cela quand on examine ce dossier. Au final, parce que nous opposons depuis des années aux orientations que je viens de décrire mais parce que dans le même temps nous ne souhaitons pas pénaliser la population de Beaune nous nous abstiendrons.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.