CM du 27 septembre 2018 – Halle République

Sur la « Halle République »

Intervention de Danielle Soury

Family Village a tué l’économie du centre ville, c’est un fait. Redonner du sens au centre ville est donc très louable mais y parviendra-t-on en augmentant encore les surfaces commerciales alors que les zones commerciales sont actuellement surestimées par rapport à la population ? Vous voulez faire 3 000 m² de surfaces commerciales supplémentaires pour accueillir de grandes enseignes du luxe. Mais il y a déjà beaucoup de magasins fermés à Limoges, notamment en centre ville. Et combien sont aussi fermés au centre St Martial ? Alors même que des surfaces commerciales supplémentaires sont prévues aussi dans le programme immobilier de l’ancienne Clinique Chénieux.

De nouvelles surfaces en centre ville sont elles nécessaires ? Nous ne le pensons pas. Ce projet n’est pas raisonnable.

  • s’il réussit, ce ne pourra être qu’en cannibalisant d’autres commerces, y compris Place de la République

  • et s’il échoue, qui paiera la facture ?

Vous prévoyez certes d’en concéder la « construction, l’exploitation et le financement » pour 65 M€ sur une durée de 50 ans, la valeur du contrat comprenant les subventions qui pourront être attribuées, sans aucune précision d’ailleurs ni sur le montant ni sur l’origine de ces subventions. En outre le concessionnaire aura la responsabilité « des aménagements nécessaires à la conservation des vestiges ». Compte-tenu de la complexité technique du projet, on peut pour le moins être dubitatif !

On reste aussi d’ailleurs dans le plus grand flou quant à la mise en valeur réelle qui in fine sera faite des vestiges. La délibération ne mentionne plus le projet de CIAP qui était pourtant un des points forts de la présentation faite par l’agence In situ en Octobre 2016. A l’époque, la Grande Halle était constituée de deux bâtiments d’importance équivalente avec entre eux un large passage faisant le lien entre la place de la République et la place Fournier. Tout cela a disparu pour laisser place à 3 000 m² de surface commerciale et… 300 m² d’espace culturel. Et quelle surface des vestiges sera effectivement mise en valeur et comment ? Les vestiges seront-ils accessibles réellement au public ou seulement virtuellement ? Les éléments de langage ont certes été particulièrement travaillés pour soigner la communication, mais restent assez énigmatiques: entre les vestiges apercevables, les vestiges visibles et les vestiges visitables, directement ou virtuellement par mise en scène numérique, il est bien difficile de s’y retrouver…

Nous avons soutenu le principe du réaménagement de la Place de la République. Mais là on aurait pu faire tout autre chose, tout autrement. Nous voterons donc contre cette délibération.

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.