CM du 27 juin 2018 – Vaccins

Sur la fourniture de vaccins pour le centre de vaccinations de Limoges.

Intervention de Frédéric Chalangeas

Sur les 14 appels d’offres pour la fourniture de vaccins, 13 ont été fructueux. Et sur ces treize appels d’offres fructueux, onze vont revenir à la multinationale GlaxoSmithKline.

Cette multinationale est l’un des dix plus grands groupes pharmaceutiques mondial, et emploie environ 100 000 salarié.e.s à travers le monde sur 87 sites industriels différents.

Un code de conduite permet de voir l’engagement annoncé de cette multinationale dans la défense des droits de l’homme, et des règles liées aux différents codes du travail des pays dans lesquels elle intervient.

Normal. Rien à dire.

Nous voudrions néanmoins attirer votre attention sur le fait que, en juillet 2017, 320 licenciements ont été actés en angleterre, qu’à la fin de cette même année 2017, GlaxoSmithKline a annoncé le licenciement de 200 à 600 personnes sur le continent africain pour l’année 2018, de 200 personnes sur un autre site anglais qui en faisait travailler 1300, et que l’usine d’Evreux, si elle va augmenter sa production, ne va pas embaucher, ce qui est selon le directeur du site, « prometteur pour les évolutions de carrière ». Et cette dernière annonce n’est pas censée être une blague…

Je vous fais grâce des licenciements à répétitions qui ont eu lieu depuis des années, par exemple dans la Mayenne en 2007 (162 postes), à Evreux en 2009 (800 postes), en Belgique en 2017 (170 postes).

Nous sommes face à une multinationale qui malgré ses engagements jongle avec les ressources humaines en fonction des besoins de ses actionnaires. Si rapportés au nombre global de salarié.e.s, pardon de « collaborateurs », les chiffres que je vous ai présentés peuvent sembler ridicules, il s’agit avant tout d’êtres humains, qui travaillent sur un territoire qui se trouve détruit lorsqu’une multinationale décide de faire ses profits ailleurs…

Alors, même s’il ne s’agit pas de faire de la municipalité de Limoges l’avant garde de la lutte contre les géants pharmaceutiques, notre groupe souhaiterait voir intégrer dans les clauses d’appels d’offres l’exigence du respect de critères sociaux, éthiques et environnementaux et de réfléchir à la possibilité d’introduire une mention particulière garantissant l’emploi des personnes produisant ce que nous achetons. Ce serait un premier pas.

Dans un monde où c’est à l’initiative individuelle que l’on demande de changer les choses, nous restons persuadés que ce sont aux infrastructures et aux institutions de montrer l’exemple par des engagements forts et concrets.

Pour finir, nous profitons de cette délibération pour apporter notre soutien à toutes celles et à tous ceux qui ont été licenciés par cette multinationale alors qu’ils et elles ont permis aux limougeaudes et limougeauds d’avoir des vaccins.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.