CM du 27 juin 2018 – Projet éducatif territorial

sur le Projet Educatif Territorial 2018-2021

Intervention de Frédéric Chalangeas

Lire un bilan et un projet, c’est un peu comme feuilleter un catalogue de jouets avant Noël. On y voit plein de belles choses, mais on n’est pas vraiment sûr de les avoir… Alors vous avez été malins et avez trouvé une superbe ruse pour nous aguicher encore plus : vous avez mis dans le projet tout ce qui aurait dû se trouver dans le bilan !

Favoriser la réussite éducative ? Déjà fait ! On a le Programme de Réussite Educative, le Contrat local d’Accompagnement à la Scolarité et les études surveillées !

Favoriser le bien-être des enfants et les sensibiliser à la santé et l’environnement ? Déjà fait ! Lutte contre les perturbateurs endocriniens, réduction du sel dans les repas, du bruit dans les cantines !

Former aux outils numériques ? Déjà fait ! La Ville fournit aux établissements des ordinateurs et des tablettes !

Ouf ! Quel talent ! Pour poursuivre les métaphores liées à l’enfance, vous avez réussi à faire les devoirs de vacances avant la prochaine rentrée !

Rassurez-vous, nous nous félicitons de l’intérêt que vous portez aux enfants de notre ville, mais, comme vous vous en doutez, il y a quand même quelques petites choses qui fâchent ou interrogent.

Il est ainsi précisé dans le projet que seules les écoles des quartiers prioritaires qui n’ont pas d’effectifs dédoublés bénéficieront de l’aide aux études dirigées en CP, or il semblerait que ce n’est pas ce qui avait été dit dans les conseils d’écoles par M Jalby. Quand le dispositif « coup de pouce clé » a été supprimé, vous aviez expliqué, M Jalby, qu’il serait remplacé par des études et ce n’est pas le cas. Un vrai projet pour les années à venir ?

Combien d’écoles vont être concernées par l’amélioration du temps de restauration et le développement de l’offre de service ? 2 cantines locales ont été ré-ouvertes, ce n’est pas très significatif sur la globalité des élèves concernés sur Limoges, mais pour le coup, là, on a un vrai défi !

Par ailleurs, n’y aurait-il pas intérêt à ne pas dépasser 2 services par cantine et ainsi pouvoir allonger les matinées de classe et raccourcir les après-midis peu propices aux apprentissages ? Les après-midis proposés de 3h ne sont pas le mieux pour les enfants et le temps de l’enfant ne doit pas être sacrifié pour des raisons d’emploi du temps des cantines…

Passons au sujet qui fâche : les temps périscolaires. Encore et toujours nous sommes confrontés à des tarifs… On ne va pas vous refaire une longue explication sur les inégalités qu’entraine le système payant. Prenons juste un exemple.

Coup de chance, mon grand peut bénéficier de l’étude surveillée gratuite (comment y a-t-il eu accès plutôt qu’à la garderie payante, mystère, mais passons) ! Bémol, ma petite qui est à la maternelle doit aller en garderie qui elle, est payante après 17h15. Qu’est-ce que je fais ? Deux voyages ? Je prends sur l’argent de poche du grand ?

Lorsque l’on parle « d’adopter une politique tarifaire adaptée aux revenus des usagers », il faut d’abord penser à celles et ceux qui ne les ont pas, ces revenus…

Et puis, dans l’utilisation du vocabulaire, il est quand même malvenu de dire que l’on « bénéficie » d’un service lorsqu’il est payant…

En ce qui concerne l’encadrement, nous sommes persuadés que vous respectez les règles en vigueur, nous souhaitons juste que les projets, confrontés aux réalités des baisses budgétaires, n’amènera pas à faciliter l’accueil de stagiaires ou de bénévoles pour assurer le travail… Et d’ailleurs, en parlant de baisse budgétaire, nous connaissons le montant du programme de réussite scolaire pour l’année 2017, mais qu’en est-il pour les années suivantes ? Un projet qui va jusqu’en 2021, et inclus dans ces axes le budget de l’année précédente est vraiment d’une prudence extrême à défaut d’une perspective ambitieuse…

Au final, entre ces questionnements, ces éléments passés et les choix politiques que nous ne partageons pas, nous ne pouvons que nous abstenir sur cette délibération.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.