CM du 27 juin 2018 – Action cœur de ville

sur le programme « Action – cœur de ville »

Intervention de Frédéric Chalangeas

Une remarque sur le fond tout d’abord :

dans les cinq axes du programme, le rendement économique prend presque la place de l’interaction humaine liée aux déplacements et au logement, ça en dit long sur la façon dont les politiques institutionnelles considèrent les gens… On nous parle en préambule des territoires et de leurs dimensions économique et patrimoniale, avant de parler de leurs habitant.e.s… Une illustration simple à ce constat : ce sont des opérations économiques dites « opérations matures » qui sont déjà en cours. Celles qui finiront sans doute par concerner le lien social et le vivre ensemble pour les habitant.e.s relèvent d’études…

Dans ces études, je voudrais m’intéresser à quelques points en particulier. Des points qui résonnent fortement avec des éléments que nous avions sur le programme de notre liste « Limoges-Terre de Gauche ».

Il s’agit tout d’abord de l’étude de faisabilité d’un espace collaboratif au sein de la caserne Marceau.

Après que ceux que l’on peut considérer comme nos prédécesseurs aient interrogé les habitant.e.s du quartier, l’idée d’un lieu public, ouvert, disponible, et destiné à l’usage des habitant.e.s, avec une crèche, une maison des associations ou encore des lieux de répétition pour des groupes de musique avait été évoqué. Nous avions repris cette idée dans notre programme parce qu’elle répondait plus aux demandes des gens, qu’à celles des « promoteurs de l’attractivité économique ».

De votre côté, arriveriez-vous finalement à un constat similaire ? Ah oui, zut, j’oubliais, il faut d’abord faire une étude…

Sachez néanmoins que si cette initiative venait à voir le jour, et si elle associait la majorité des habitant.e.s du quartier ou bien les acteurs et actrices de projets culturels, et pas seulement en leur permettant de choisir la couleur des pavés de la cour de l’ancienne caserne, eh bien nous aurions presque l’impression que vous vous intéressez vraiment au devenir de ce lieu !

A propos de pavés, le deuxième point que je souhaiterais aborder concerne le « plan-guide de réaménagement des espaces publics » et son corollaire, le « Schéma des Mobilités Urbaines ». Nous l’avons exposé dans notre programme, nous l’avons porté devant cette assemblée et nous continuerons de le faire. Il est nécessaire de repenser conjointementla mobilité ET l’usage piétonnier du centre-ville de Limoges ! Un ensemble de rues sans voitures, accompagné d’un réel travail sur les transports en commun, avec par exemple, l’idée d’un TramLim qui alimenterait la circulation des personnes dans TOUT Limoges – TramLim et/ou bus ou trolleys dont l’utilisation serait bien évidemment gratuite – permettrait de redonner envie aux gens de se balader et de profiter de leur ville !

Et avec le battage autour du passage en communauté urbaine, monsieur le Maire, vous ne pouvez plus nous dire que le transport ressort uniquement de l’Agglomération. Vous l’avez signé, il serait quand même bien que cela serve aussi aux habitante.e.s de cette ville, et pas seulement aux intérêts de quelques politiciens…

Pour compléter ces éléments de base, rien de tel que de remettre de la verdure là où il y a du béton, des arbres là où se garent les voitures. Et ce n’est pas un délire naturaliste que de penser cela ! Il en va de l’avenir proche des enfants de toutes et tous nos concitoyennes et concitoyens ! Il est quelque part facile de remettre des habitudes piétonnières là où il ya déjà des sentiers potentiels comme en bords de Vienne ! Il faut du courage pour permettre à un centre-ville d’avoir plus de végétation et moins de véhicules !

Et l’attractivité économique me direz-vous ? Battez-vous pour plus de service public de proximité, poste, crèche, écoles, et moins de dématérialisation, vous verrez si les gens ne se sentent pas mieux là où ils sont, et s’ils n’en viennent pas à vivre autrement la consommation…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.