CM du 22 octobre 2019 – Politique de la ville et renouvellement urbain

Intervention de Danielle Soury

« Tout ce que vous faites pour nous, sans nous, vous le faites contre nous » Gandhi

Dans le cadre de la politique de la Ville, depuis le début de la mandature, la Mairie a mené différents projets sur les quartiers populaires de Limoges: entrée de ville et renouvellement urbain de la Bastide, éco-quartier des Portes-Ferrées,… A chaque fois, il a fallu s’accorder avec chacun des partenaires, l’Etat et l’ANRU, l’Agglomération, pour savoir qui allait payer quoi.

Rappelons qu’au titre de cette politique, la ville reçoit chaque année de l’État une dotation spécifique, dite « dotation de solidarité urbaine ». La DSU atteindra autour de 5,3 millions d’€ en 2019; et elle augmentera en 2020, si l’on en croit le rapport d’orientations budgétaires 2020. Selon le même rapport, la hausse de la DGF pour la Ville de Limoges s’explique même depuis de nombreuses années exclusivement par la hausse de cette DSU. De fait, la DSU qui équivalait à 12,5% de la Dotation Forfaitaire de l’État pour la Ville en 2014, en représente à présent l’équivalent de plus de 25%. Si la DGF augmente donc encore un peu depuis quelques années à Limoges, c’est exclusivement du fait des subventions reçues de l’État pour faire que les quartiers les plus défavorisés de la Ville le soient un peu moins. Que la Ville ait donc quelques projets pour ces quartiers est donc bien le minimum: près du ¼ de la dotation que nous verse l’État est destinée à cette politique.

La vraie question n’est donc pas de s’en glorifier mais de se demander: pour faire quoi et comment ?

Et c’est bien là que le bât blesse sérieusement. Où sont les habitants de ces quartiers dans ces projets ? A grands renforts de bilans (toujours positifs), où l’angle des photos permet de voir des salles remplies lors des consultations, où les arbres sont plus verts avant qu’après (enfin apparemment car concernant La Bastide, vous avez voté lors du conseil communautaire de mars dernier l’amputation de plus du 1/3 du budget consacré aux espaces verts !), on apprend que les populations donnent leur avis, approuvent.

Mais qu’en est-il vraiment ? Aux Portes Ferrées, qui compte approximativement 1 200 habitant.e.s, on peut, lorsque l’on est généreux, dénombrer une centaine de participant.e.s aux « ateliers », concertations papier et numérique. 10%… Comment s’en étonner lorsque la méthode choisie consiste à demander aux habitant.e.s de se positionner sur un projet déjà ficelé de bout en bout ?

« Tout ce que vous faites pour nous, sans nous, vous le faites contre nous » disait Gandhi.

Vous l’avez d’ailleurs parfaitement compris… pour la Place de la République ! Un site internet dédié a été ouvert avec une information quasi en temps réel sur l’avancement du chantier; une maison du projet est aussi ouverte tous les jours, y compris le samedi matin; un médiateur a été recruté en 2018 spécialement pour « assurer la fluidité de l’échange d’information, garantir l’écoute des intéressés de manière à anticiper les problématiques qui pourraient survenir et communiquer sur l’avancée des travaux » (CM de mai 2018). Tout cela est fort bien; c’est un projet lourd et vous y avez mis les moyens.

Le problème c’est le deux poids-deux mesures. Selon le rapport sur l’utilisation de la DSU par la Ville en 2018, 4,8 M€ ont été investis en 2018 par la Ville pour la rénovation du quartier de La Bastide dont… 2 346 € pour les actions de communication et la participation des habitants; si on y ajoute les 20 000 € dépensés pour ce poste en 2017, on arrive royalement à moins de 25 000 € pour un investissement de près de 6 M€ !

Pas ça et surtout pas comme ça ! Pour que les habitant.e.s s’impliquent, il faut nécessairement les associer intimement à l’identification des besoins, à la détermination des priorités, à la recherche des solutions et à la prise des décisions.

Vous comprendrez-donc pourquoi nous nous abstiendrons sur bon nombre de délibérations touchant au renouvellement urbain.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.