CM du 19 décembre 2017 – SRADETT 1

Intervention de Danielle Soury.

Votre « autre voie » est une voie sans issue !

Ainsi donc vous considérez M. le Maire que « l’intégration de l’ex-région limousin à la Nouvelle-Aquitaine est une occasion historique d’élargir nos horizons », en somme une aubaine pour notre ville et au-delà pour tous nos territoires. Vous êtes bien aujourd’hui un des seuls à juger positif ce passage à la grande région, avec le Pt Vandenbrouke, il est vrai, comme on a pu l’entendre jeudi dernier lors du débat citoyen à l’espace Cité.

Votre proposition consiste à développer « un système métropolitain polycentrique ». En clair il s’agit, autour de la métropole bordelaise, d’essayer d’arrimer Limoges à un réseau de villes dites « à fonction métropolitaines », de les relier entre elles pour espérer grapiller quelques miettes dans le sillage de la grande métropole. « Les zones d’emploi de Pau, Limoges, Poitiers, Bayonne, Niort et La Rochelle jouent en effet un rôle non négligeable dans l’encadrement d’un territoire rural plus vaste » nous dites-vous. Penser le  tissu urbain comme encadrant les territoires ruraux… drôle de conception des relations territoriales de proximité ! Il est vrai que selon vous il serait illusoire de travailler à « un supposé rééquilibrage [des territoires]»; et c’est bien pourquoi la Ville de Limoges a conçu sa contribution au projet régional autrement que « sur l’autel de l’égalité territoriale » !

Ce que vous qualifiez pompeusement d’une « autre voie possible » n’est en fait qu’encore et toujours la même logique, la même mode des métropoles; elle n’a d’alternative que le nom. C’est une voie sans issue que cette mode métropolitaine, au nom de laquelle vous avez tous ici – avec le brillant succès que l’on sait – défendu le projet de LGV !

Cette mode repose sur l’hypothèse fondamentale qu’il existerait des effets de taille, de « masse critique » à l’origine des meilleures performances supposées des grandes régions, des grandes universités…  Mais il n’existe aucun consensus scientifique là-dessus. Vous vous référez aux travaux universitaires bordelais, mais totalement phagocyté par la logique métropolitaine, vous en ignorez complètement d’autres, tout aussi intéressants, et plus proches: par exemple ceux d’Olivier Bouba-Olga (université de Poitiers). Il montre qu’il n’y a pas qu’un seul modèle possible de développement territorial. « L’analyse des données disponibles invite à la plus grande prudence… La taille économique des territoires n’explique pas le taux de croissance de l’emploi de ces mêmes territoires.… Les spécialisations des territoires importent plus que leur taille » Et pas plus qu’il n’y a de ruissellement entre les riches et les pauvres, il n’y a guère de ruissellement entre les métropoles et leur territoires. Il rejoint  les conclusions de  Laurent Rieutort (Université de Clermont-Ferrand). qui montre que de 1999 à 2013, ce sont les zones peu denses ou très peu denses en population qui ont enregistré les dynamiques de population et d’emplois les plus fortes.

Cet aveuglement métropolitain vous pousse à proposer un projet brouillon, contradictoire et largement aveugle aux grands enjeux environnementaux du moment, pas même évoqués dans cette délibération. Face au fiasco de la LGV vous avez certes -enfin !!!- admis qu’une priorité doit à présent être donnée à la ligne POLT. Mais dans le même temps, alors que tortueusement vous évoquez un nécessaire « souci de préservation d’une des plus grandes richesses dont profite l’ensemble de notre région, celui de l’image que nous portons tous autour de l’agrément de vie » -faut-il comprendre dans ce salmigondis verbeux la préservation de notre environnement encore protégé ?- vos autres priorités pour les transports sont l’avion et les 4 voies routières voir autoroutières ! Mieux encore… Alors que ça « cafouille » sur la ligne TER Limoges-Eymoutiers (Le Populaire 13/09/2017), avec des usagers excédés dans leur transport quotidien tellement ils ont de difficultés pour venir travailler ou étudier à Limoges, que la ligne TER Limoges-Angoulême connaît elle aussi une situation très dégradée (L’Écho 25/11/2017), vous n’avez rien à dire, rien à proposer à ce sujet !

Les scientifiques du GIEC viennent d’indiquer que les objectifs de limiter à long terme la hausse des températures à 2°C ne seront pas atteints car les émissions de gaz à effet de serre continuent de progresser trop rapidement en volume. Ce n’est assurément pas votre « système métropolitain polycentrique » qui contribuera à nous inverser la tendance …

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.