«

»

Nov 18

CM du 16 novembre 2016 – Communauté Urbaine

Sur le passage en C.U.

Gilbert Bernard

La partie de ping pong entre ville et agglo continue. Vous nous proposez, monsieur le maire, de refuser le passage en CU au premier janvier en développant un certain nombre d’arguments. Le président de l’agglo y a répondu par avance en les réfutant au travers d’un courrier envoyé à tous les élus. Chacun, voulant défendre son pré carré, accuse l‘autre de mauvaise foi. Je ne suis pas sûr que cette foire d’empoigne éclaire bien les véritables enjeux du débat. Elle donne même, à entendre certains commentaires, une image assez détestable du microcosme politique local.

Certains de vos arguments monsieur le maire pourraient s’entendre mais ils restent purement de circonstance car in finé et vous le dîtes vous-même vous restez, comme le président de l’agglo, un partisan du passage en CU. C’est la méthode qui vous dérange. Or, pour nous, ce n’est pas tant la manière qui importe mais le fait que ce passage en CU signifiera ni plus ni moins que la fin de notre commune.

Je ne peux en effet qui réitérer aujourd’hui les propos que j’avais tenu lors du conseil municipal de septembre

Passer en CU c’est d’abord éloigner le citoyen des centres de décisions. Alors que la demande de participation citoyenne aux affaires de la cité n’a jamais été aussi forte, on nous propose de mettre en place une architecture institutionnelle qui va à l’encontre de cette démarche. Que pèsera demain la voix du citoyen au sein d’un vaste ensemble qui regroupera les deux tiers de la population du département ? Et vous évoquez déjà l’hypothèse d’intégrer d’autres communes … La CU va renforcer la centralité du pouvoir et son accaparement par un petit cercle. Cela nous n’en voulons pas. Quelqu’un -je ne sais plus qui- a dit que « la démocratie ne peut fonctionner que si le cul de l’élu reste à portée du pied de l’électeur » : nous faisons volontiers notre cette formule…

Passer en CU, il faut en être conscient, c’est aussi continuer à se dessaisir des compétences exercées jusque-là par notre conseil municipal. Comme le précise une des délibérations soumises au vote, après le logement social cette année, le tourisme en 2017 et avant l’eau et l’assainissement en 2020, ce sera l’abattoir, les parcs et stationnement les concessions d’électricité et d’eau …. Bref autant de secteurs stratégiques qui à l’avenir échapperont à notre contrôle. De fait les communes de l’agglo seront dessaisies de leurs prérogatives et placées sous la tutelle de la CU. On nous vole ni plus ni moins que la légitimité démocratique acquise dans les urnes en 2014 !

Nous sommes profondément attachés à l’échelon communal car il reste l’espace géographique et l’échelon institutionnel le plus pertinent pour mener des politiques locales. Cela n’empêcherait nullement d’ailleurs de nouer des coopérations librement consenties entre les communes pour la réalisation et le fonctionnement de grands équipements structurants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>