CM du 16 décembre 2015 – Sur les Halles Carnot

INTERVENTION DE GILBERT BERNARD SUR LA CASERNE MARCEAU

Cette délibération ne peut à mon sens être examinée sans faire référence à deux autres dossiers à l’ordre du jour, celui de l’aménagement des halles Carnot et celui relatif à l’adhésion de la ville à la charte nationale des « écoquartiers ». Les trois sont en effet étroitement liés et je regrette que nous ne les abordions pas dans le bon ordre comme cela avait été le cas en commission.

Notre ville va adhérer, et nous nous en félicitons, à la charte des écoquartiers. Celle définit un certain nombre d’engagements auxquels nous devrions souscrire. Figurent ainsi en bonne place des objectifs comme « valoriser le patrimoine local, l’histoire et l’identité du quartier », «développer les filières locales et les circuits courts », « produire un urbanisme permettant d’anticiper et de s’adapter aux changements climatiques et aux risques », « contribuer à un développement économique local équilibré et solidaire »… bref tout un ensemble de dispositions qui devraient nous amener –vous amener- à faire émerger des projets sinon exemplaires du moins innovants en matière d’urbanisme.

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on est loin de cette ambition avec ce que vous nous proposez ce soir en terme d’aménagements pour le quartier Marceau.

Pour la caserne, vous proposez de rénover un bâtiment afin d’y accueillir 4.000 mètres carrés de bureaux dédiés à l’accueil d’activités tertiaires. En commission, monsieur Léonie nous a indiqué qu’il fallait consommer rapidement le reliquat des crédits d’état venant du FRED (fonds pour Les restructurations pour la défense). J’entends l’argument mais n’aurait-on pu utiliser ces crédits autrement ? Manquerait-on de bureaux à Limoges ? Je crains pour ma part que la réforme territoriale et celle des services de l’Etat conduisent au contraire à avoir pléthore de bureaux vides à l’avenir. N’aurait-on pu à la place décider d’abattre tout ou partie des murs d’enceinte et ainsi ouvrir les lieux sur la place et les rues avoisinantes ? Ce que nous vous reprochons c’est de n’avoir aucune vision globale sur l’avenir de cet ensemble architectural. Vous vous contentez de « pétassous» : un peu de police municipale, un peu de bureaux, un peu de quoi la prochaine fois ? Ce n’est pas de ravaudage que ce site a besoin mais d’un projet structurant pour le secteur.

Il en va de même dans le dossier des halles Carnot que nous aborderons tout à l’heure. Vous envisagez d’y Installer une supérette : quelle ambition pour ce deuxième lieu emblématique du quartier! A quelques centaines de mètres il y a déjà une grande surface et les quelques commerces de proximité du secteur en feront les frais, un paradoxe de la part de quelqu’un qui a fait de la défense du commerce un de ses chevaux de bataille. Un marché de producteurs locaux n’aurait-il pas, par exemple, été plus approprié ?

Dans ces deux dossiers que deviennent les belles intentions affichées au travers de signature de la charte « éco-quartiers » ? Où est la volonté de créer « des lieux de créativité et d’audace pour faire émerger des projets exemplaires que ce soit dans les formes urbaines, l’architecture où les usages proposés » ? En quoi la création de bureau ou l’installation d’une supérette répondent-elles à ces objectifs ?

Marceau mérite un autre sort. Avec l’hyper centre et la gare SNCF il pourrait être la troisième pointe du triangle d’un projet urbanistique innovant et porteur de développement pour notre ville en contribuant notamment à ramener des activités et de la population dans le centre.

Ce n’est pas dans cette voie que vous vous engagez monsieur le maire et nous ne pouvons que le déplorer. Nous voterons contre ces deux dossiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.