CM du 15 décembre 2015 – tarification des musées

Intervention de Frédéric Chalangeas

Musée des Beaux-Arts – Musée de la Résistance – Tarifications.
Nous n’allons pas une nouvelle fois entrer dans le débat de la gratuité. Vous vous feriez un plaisir de nous faire passer pour de doux rêveurs, nous vous rappellerions les montants engagés dans les financements des études de la LGV et nous finirions par passer une mauvaise soirée.

Et pourtant !

Ce qui est le plus paradoxal dans cette délibération et dans la suivante, c’est que ce sont la gratuité,  et les réductions accordées qui sont le plus mises en avant…

C’est à n’y plus rien comprendre…

Je voudrais particulièrement attirer l’attention sur le fait que de très nombreuses personnes ne paieront pas ces entrées, et que, de la manière dont est présentée la délibération, on devrait presque se réjouir que ce soit le cas !

Nous présenter la gratuité et les réductions possibles pour nous faire voter, c’est quand même malin !

Or on nous a dit que l’objectif de la Municipalité est, en rendant payant l’accès au musée des Beaux-Arts et à celui de la Résistance, de valoriser notre patrimoine culturel ; de lui donner une valeur, en faisant payer les personnes qui les visiteront…

Il n’y avait donc sans doute pas jusqu’à présent à se réjouir de la qualité des expositions permanentes qui s’y trouvaient…

Un autre argument entendu, c’est qu’il ne nous viendrait pas à l’idée de ne pas payer pour voir un match de football, ou un concert. En effet, matches de foot et concerts ont pour principe de ne pas être permanents, ils ont ce caractère unique qui peut entraîner un paiement, même s’il ne serait pas absurde de réfléchir également dans ce cas-là à la gratuité !

Un musée, par opposition, c’est de la mémoire vivante, elle doit rester accessible à toutes et tous.

Et puis au final, qu’est-ce que ça va nous rapporter ? Entre la billetterie et les exonérations, combien d’argent cela va-t-il rapporter à la Mairie ? Parce qu’après tout, c’est bien là le seul intérêt de cette affaire, non ?

On peut encore à Limoges consulter gratuitement des livres, des revues, écouter des CD et voir des films à la Médiathèque sans être contraint de payer. On ne va plus pouvoir admirer des œuvres d’art ou réfléchir sur un passé qui pourtant devrait nous interroger dans les mêmes conditions… C’est très fortement questionnant sur l’avenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.