CM du 10 juillet 2019 – Sur la régie publique municipale de l’eau de Limoges

Intervention de Danielle Soury

Ce rapport est donc, malheureusement, le dernier porté à la connaissance de notre assemblée. Je voudrais tout d’abord remercier et féliciter ici tous les agents pour le remarquable travail accompli par notre régie municipale et souligner notamment la très grande qualité de ce rapport. De manière très précise, rigoureuse et pédagogique, sont présentées non seulement toutes les informations sur les tarifs mais aussi sur la gestion des abonnés, les réserves et les ressources en eau, la qualité de l’eau y compris les mesures de prévention, sur les prélèvements, les caractéristiques du réseau de distribution avec par exemple une cartographie détaillée de l’adduction et de la distribution, la présentation du dispositif essentiel de recherche des fuites sur le réseau …

On peut ainsi y lire que Limoges se range parmi les villes françaises de plus de 90 000 habitants ayant les tarifs de l’eau les plus bas. Limoges se distingue notamment par le fait que l’usager limougeaud ne paye que l’eau qu’il consomme. Il ne paye pas d’abonnement: pas de part fixe dans notre Régie.

Dans sa préface, Mr Viroulaud, en charge de la Direction de l’Eau souligne que c’est bien le choix politique d’une gestion publique de l’Eau qui permet de tels résultats.

C’est parfaitement exact et très bien mis en évidence dans le rapport d’activité 2018 (page 4). Les 5 villes du panel qui pratiquent les tarifs les plus faibles sont toutes sans exception en régie publique. Et l’on constate une corrélation très nette entre le mode de gestion et le prix payé par l’usager: moins la gestion est publique, plus les tarifs sont élevés. Cette corrélation relève bien ici d’un lien de causalité: c’est parce que la gestion est publique que les tarifs sont bas pour les usagers.

Je l’ai déjà dit ici au nom de notre groupe: comme les limougeauds, nous sommes très attachés à la gestion publique de l’eau à l’échelle de la CU. Or pour mémoire, seules 9 des 20 communes de la CU ont opté pour la gestion en régie publique. Il faudra bien que la CU tranche cette question. Nul doute que les citoyens seront très vigilants sur les positionnements des uns et des autres à ce sujet lors des prochaines échéances électorales.

Notre Régie de l’eau comme nos autres régies municipales -telle celle des Pompes funèbres- montre par l’exemple les avantages de la gestion publique pour les services publics locaux.

Or la gestion de l’eau est une activité d’une très grande complexité, beaucoup plus par exemple que celle des parkings ! Ce que peut la Régie publique pour l’eau, pourquoi donc ne le pourrait-on pas dans de nombreux autres domaines ? Rien ne s’y oppose hormis des considérations beaucoup plus idéologiques que réalistes !

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.