CM du 10 juillet 2019 – protocole d’accord sur le stade

Intervention de Gilbert Bernard

Voilà enfin l’épilogue d’un long feuilleton politico-financier qui aura suscité bien des polémiques et controverses tout au long de cette mandature. L’on peut ensemble se féliciter de l’accord à l’amiable auquel sont parvenues l’ensemble des parties concernées et qui, in finé, permet à la ville de récupérer 7 millions sur les 11 millions de frais supplémentaires engagés suite aux malfaçons constatées.

Nous divergeons cependant sur l’utilisation que vous entendez faire de cette somme. Vous proposez de l’affecter au désendettement, nous contestons ce choix. La dette de la ville était fin 2017 de 950 euros/hab soit bien en dessous de la moyenne des villes de la strate de Limoges ; il en va de même pour la capacité de désendettement inférieure à 8 ans, soit là encore en dessous de la moyenne nationale. Il n’y a donc pas péril en la demeure en matière d’endettement d’autant que les taux d’emprunt restent bas. Dans ces conditions réduire l’endettement comme vous le proposez relève pour le moins d’une grande frilosité pour ne pas dire d’un manque d’ambition pour notre ville.

D’autres choix étaient possibles. Je rappelle ici que vous aviez justifié l’augmentation des impôts cette année là par le surcoût des travaux du stade. Cette augmentation douloureusement ressentie par les contribuables limougeauds avait rapporté 5 millions d’euros. Aujourd’hui, au moment où vous récupérez 7 millions vous auriez pu par exemple leur restituer cet argent en baissant les impôts, c ‘était d’ailleurs une de vos promesses de campagne mais les promesses c’est bien connu n’engagent que ceux qui y croient…

Vous pouviez également, et c’est ce que nous aurions fait pour notre part, affecter cette somme pour partie à de nouveaux investissements pour partie à de meilleurs service rendus à la population. Je rappelle ici que la signature du pacte financier avec l’Etat a conduit depuis 3 ans maintenant à revoir le périmètre d’action de certains services municipaux et donc les services rendus à la population. Vous étiez ainsi en mesure avec ces 7 millions de revenir à la gratuité pour la BFM , les musées et salles municipales, mettre fin aux tarifs différenciés entre habitants de limoge et hors Limoges, redonner un peu d’oxygène au monde associatif où procéder à des travaux urgents dans certains bâtiments publics (ma collègue Danielle Soury interviendra sur ce sujet tout à l’heure). Face au désengagement de l’Etat, les collectivités se retrouvent aujourd’hui en première ligne dans le combat pour la transition écologique, la construction de logements, la lutte contre les les inégalités et la pauvreté… Sur tous ces terrains il reste beaucoup à faire à Limoges et ces 7 millions auraient pu être utilisés en ce sens. Ce n’est pas en jouant la carte de la rigueur et de l’austérité que vous marquerez beaucoup de points en ces domaines…

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.